Neuf terrains de pickleball seront aménagés au parc Dubuc, à l’emplacement actuel des roulottes du chantier du centre aquatique.
Neuf terrains de pickleball seront aménagés au parc Dubuc, à l’emplacement actuel des roulottes du chantier du centre aquatique.

Parcs et terrains de jeux: moins d’investissements en 2020

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
La Ville de Granby prévoit investir 285 000 $ dans les parcs et terrains de jeux en 2020, selon le programme triennal d’immobilisations (PTI) adopté par les élus. Il s’agit de la plus petite enveloppe allouée à ce poste budgétaire depuis les 10 dernières années, selon les données compilées par La Voix de l’Est.

« C’est une petite année, mais on a quand même investi beaucoup au cours des dernières années dans l’entretien, le remplacement de modules. On en a moins à faire », fait valoir le chef de division des actifs au service des travaux publics, Gaétan Belhumeur.

« On est à jour dans l’entretien des actifs. C’est une bonne nouvelle en soi. Ça veut dire que notre parc immobilier de parcs est en bon état. À partir de là, on fait les entretiens qui sont ciblés et requis », estime pour sa part le directeur des travaux publics, François Méthot-Borduas.

Depuis 2009, les investissements annuels moyens dans les parcs et terrains de jeux ont plutôt avoisiné un million de dollars, exception faite des années 2010 et 2011, où les travaux réalisés au centre Louis-Choinière pour bonifier les installations de baseball ont gonflé les chiffres.

Au cours des dernières années, des jeux d’eau ont notamment été installés dans quelques parcs. Le sentier de la rivière a été aménagé. Les installations de tennis et de soccer ont été bonifiées. De nouveaux parcs ont aussi été créés, dont la Halte piétonnière des générations, près de la piste cyclable, et d’autres ont été améliorés, comme le parc Pelletier et le parc de la Tannerie.

Le maire suppléant, Robert Riel, avance que les investissements dans les parcs et terrains de jeux étaient peut-être moins prioritaires pour les élus cette année. Dans son quartier, le district 7, l’entretien et le renouvellement des infrastructures de rues sont en tête des priorités, cite-t-il en exemple.

« Il y a peut-être de nouveaux parcs qui vont s’ajouter dans les prochaines années, mais pour l’instant, il n’y en a pas dans le portrait », dit Gaétan Belhumeur.

Quelques projets

Selon le programme triennal d’immobilisations adopté récemment par le conseil municipal, quelques projets seront néanmoins réalisés cette année, dont le remplacement d’une clôture au stade Napoléon-Fontaine.

La clôture du champ centre, située près du skate park et du parc canin, est visée par ces travaux, pour lesquels un budget de 100 000 $ a été prévu. « Chaque année, on a beaucoup d’entretien à faire dessus. C’est une vieille clôture en bois. Les sonotubes en béton sont lousses. Elle est due pour être remplacée », affirme Gaétan Belhumeur.

Selon lui, les usagers seront rencontrés afin de déterminer les options pour son remplacement.

Autre projet : le filet de corocorde d’un module de jeu — que certains ont baptisé la toile d’araignée — au parc Daniel-Johnson sera remplacé à l’été au coût de 55 000 $. L’installation est encore sécuritaire, mais le temps a fait son œuvre et le filet démontre des signes d’usure, dit M. Belhumeur.

De vieilles fontaines à boire dans certains parcs seront aussi remplacées au cours de l’été, entre autres pour les rendre accessibles aux personnes à mobilité réduite et pour permettre le remplissage des gourdes. Des travaux de ce type ont aussi été réalisés l’été dernier. Un budget de 50 000 $ a été prévu pour cette opération.

Une autre enveloppe de 50 000 $ a été réservée pour remplacer du mobilier urbain dans différents parcs.

Pickleball

Bien que le budget ait été dégagé en 2019, l’aménagement de neuf terrains de pickleball sera néanmoins réalisé en 2020, relève le chef de division des actifs.

Ces terrains verront le jour au parc Dubuc, près du pavillon Jean-Marie-Benoit. Actuellement, les roulottes du chantier du centre aquatique sont disposées à cet endroit. Les travaux d’aménagement, dont les coûts sont estimés à 400 000 $, devraient donc pouvoir commencer une fois que les roulottes auront été retirées.

« L’objectif, c’est de faire les travaux le plus tôt possible. Ça devrait être en juin ou en juillet », avance Gaétan Belhumeur.