Le réseau hivernal de sentiers où on peut pratiquer le vélo à pneus surdimensionnés au parc national de la Yamaska s’élargit cet hiver, alors que la boucle qui ceinture le parc sera désormais accessible.
Le réseau hivernal de sentiers où on peut pratiquer le vélo à pneus surdimensionnés au parc national de la Yamaska s’élargit cet hiver, alors que la boucle qui ceinture le parc sera désormais accessible.

Parc national de la Yamaska: l’hiver sous le signe de la nouveauté

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Au cours des dernières saisons, le parc national de la Yamaska, à Roxton Pond, a su miser sur l’attrait de la nouveauté, avec des activités comme Nocturnia et Noémia, où nature et plaisir font bon ménage. Cet hiver ne fera pas exception à la règle.

Car si les activités du parc étaient au ralenti durant la saison froide à une autre époque, ce n’est plus le cas. L’endroit souhaite plus que jamais se faire invitant en se transformant en un vaste terrain de jeu, explique le directeur général du parc, Alexandre Brousseau.

Selon lui, un « pôle hivernal » a notamment été aménagé au coeur du parc, au pavillon de la plage, avec l’ajout d’un centre de location pour vélos à pneus surdimensionnés (VPS), raquettes, crampons et autres articles pour la pêche.

La terrasse du pavillon et deux feux extérieurs réchaufferont l’ambiance. Trois couloirs de glissade seront aussi aménagés lorsque la neige sera au rendez-vous. Des tubes pourront être prêtés à ceux qui auront oublié leur traîneau, relève le DG.

Nouveau cette année : les férus de fat bike, de raquettes et de randonnée pédestre sur neige pourront en outre se lancer dans la grande boucle que dessine la piste cyclable autour du parc, alors qu’elle sera tracée en hiver.

Deux activités de VPS en soirée, avec lumières frontales, seront aussi inscrites à l’agenda hivernal, mais les dates restent à confirmer, glisse Alexandre Brousseau.

Selon lui, si le ski nordique peut toujours être pratiqué au parc, géré par la Société des établissements de plein air du Québec, il n’est toutefois pas question de tracer les pistes. « Il y a tellement d’endroits où on peut faire du ski de fond à l’extérieur du parc, où les pistes sont travaillées mécaniquement. (...) Je pense qu’on peut aussi aller ailleurs l’hiver. On va plus vers le fat bike, la raquette, les expériences un peu événementielles et l’animation », dit-il.

Expériences

Une nouvelle expérience sera d’ailleurs offerte avec un parcours illuminé de deux kilomètres, aménagé dans le sentier de la Rivière. Celui-ci sera notamment au coeur d’une activité prévue les 26, 27, 28 et 29 décembre. À ces occasions, un conte autour du feu sera présenté vers 15 h 30, près du centre de découvertes et de services. Il sera suivi d’une randonnée guidée dans le sentier, où des notions nature, plus particulièrement sur les renards, seront partagées.

L’activité est incluse dans la tarification d’accès au parc et aucune réservation n’est nécessaire. Si elle connaît un bon succès, elle pourrait être renouvelée les 2, 3 et 4 janvier, souligne Alexandre Brosseau.

Une nouvelle dimension sera en outre apportée à la pêche sur glace, avec la possibilité de participer à cette activité les week-ends avec l’encadrement d’un guide qui en profitera pour jaser faune aquatique, en plus de partager quelques trucs de pêche.

L’équipement pourra être loué sur place, y compris de grandes tentes qui pourront être disposées sur le réservoir Choinière pour protéger les pêcheurs du vent.

Parmi les rendez-vous en préparation : la journée des parcs le 25 janvier, où l’accès au site animé sera gratuit. Une activité spéciale, intitulée « Sur les traces du yéti », sera présentée en soirée. Une version revue et améliorée de l’expérience Nocturnia sera en outre de retour à la relâche scolaire, annonce M. Brousseau.

Les chalets et, pour la deuxième année, le camp rustique situé à 4 km du centre de découvertes et de services, peuvent par ailleurs être loués durant la saison hivernale.

Le nouveau bloc sanitaire du parc national de la Yamaska aura cette allure. Les travaux sont déjà en cours.

Investissement

Les installations profitent aussi de ce vent de nouveauté. Plus de 300 000 $ sont investis pour construire un nouveau bloc sanitaire, dans le secteur du stationnement secondaire et des boucles de camping les Parulines et les Roselins, affirme le directeur général du parc.

Il remplacera les installations actuelles, qui datent d’environ 40 ans, et ne répondent plus aux besoins. Ce faisant, le nouveau bloc sera positionné un peu plus près des sites de camping et des prêts-à-camper.

« Il va être deux fois plus gros que ce qu’il était parce qu’il y avait une problématique. Les gens attendaient pour prendre leur douche et aller aux toilettes. Il n’y avait que deux douches dans l’ancien bloc sanitaire. Là, il va y avoir une douche familiale, une autre à mobilité réduite et trois douches individuelles, accessibles de l’extérieur. Il va aussi y avoir une portion sanitaire avec un côté pour hommes, un autre pour femmes et un pour les personnes à mobilité réduite. Une attention a été portée pour rendre ça accessible aux familles et aux enfants », explique Alexandre Brousseau.

Actuellement en cours, les travaux de construction devraient être terminés au printemps 2020. Le nouveau bâtiment aura la même allure que le centre de découvertes et de services, souligne le DG.