Annie Cabana est chargée de projet pour l’aménagement du Parc des sommets. Son mandat de deux ans commencera le 4 juin.

Parc des sommets: la planification des sentiers s’amorce

La municipalité de Bromont planche sur l’ouverture graduelle des sentiers du Parc des sommets, dans le massif du mont Brome. Des ateliers de cocréation sont envisagés pour que citoyens et utilisateurs soumettent leurs idées concernant l’aménagement des lieux. L’implantation de la majorité des infrastructures sur le vaste site n’est toutefois pas prévue avant 2019.

Ardent défenseur du projet du Parc des sommets, le maire de Bromont, Louis Villeneuve entrevoit avec enthousiasme le début du travail de planification. « On a un projet exceptionnel entre les mains. Les gens ont mis leur argent là-dedans. Il faut s’assurer de faire les choses comme il faut. [...] Notre objectif est très clair. Il faut s’assurer de la plus grande sécurité dans les sentiers et que l’on respecte les ententes avec les ministères et partenaires, notamment en ce qui concerne la conservation. »

Les élus ont choisi Annie Cabana, actuelle coordonnatrice sports, loisirs, parcs et sentiers, pour superviser cet important projet. « Annie connaît les sentiers par cœur. Elle a beaucoup de leadership, elle est rassembleuse en plus d’être diplomate. C’est important parce qu’il y a plusieurs organisations impliquées dans le projet. Elle est donc la meilleure candidate pour ce poste », a indiqué le maire.

Rappelons qu’outre le gouvernement provincial, les partenaires dans cette initiative sont, entre autres, Conservation de la nature Canada, Protégeons Bromont, la Société de conservation du mont Brome, Corridor appalachien et les Amis des sentiers de Bromont.

Un « beau défi » qu’a accepté de relever volontiers la principale intéressée. « Je suis très heureuse d’être à la tête de ce beau projet pour rendre accessible ce territoire à tous les utilisateurs. C’est une belle marque de reconnaissance. Mais ajouter tout ça aux tâches que j’avais déjà était plutôt difficile. Les élus ont donc convenu de créer le poste de chargée de projet », a-t-elle mentionné. Ainsi, Annie Cabana amorcera le 4 juin un mandat de deux ans, assorti d’une année d’option. Une fois sa tâche complétée, elle pourra revenir à ses anciennes fonctions.

Interconnexions
Aux 104 km de sentiers du réseau municipal actuel s’ajouteront 17 km par le biais du Parc des sommets, qui couvre plus de 150 hectares. Les circuits seront principalement regroupés entre le Pic du chevreuil puis les monts Bernard et Spruce. Mis à part la révision des budgets et des échéanciers liés aux différentes ententes avec les partenaires, Annie Cabana et ses collègues évalueront les façons de bonifier le réseau de la ville. « La prochaine étape consiste à voir quels sentiers sont inclus dans le parc afin de permettre des interconnexions entre les tracés de Ski Bromont (servitude trois saisons) et celui de la ville », a fait valoir la chargée de projet.

La remise à niveau des sentiers, leur balisage et leur homologation suivront. En parallèle, les aires protégées seront évaluées. Le Zoo de Granby figure parmi les partenaires potentiels à ce chapitre, a avancé Annie Cabana. L’équipe du parc zoologique participerait également à la préparation de panneaux d’interprétation de la nature.

Coureurs, randonneurs, cavaliers et amateurs de vélo de montagne seront donc admis dans le parc. Les excursionnistes seront notamment dans la mire de la municipalité. « L’ajout de nouveaux sentiers nous permettra de rejoindre les randonneurs et cyclistes intermédiaires et avancés avec des circuits aux reliefs plus accidentés. Les gens auront la possibilité de faire des excursions de plus d’une journée, ce que l’on ne pouvait pas offrir auparavant », a expliqué Annie Cabana.

« Ateliers participatifs »
Bromont souhaite inclure la population dans le processus d’aménagement du Parc des sommets. « On veut appeler l’ensemble des citoyens et les utilisateurs de sentiers à participer à des ateliers pour penser le parc », a indiqué la chargée de projet, précisant qu’une rencontre de cocréation, déjà préconisée pour la place publique, est envisagée. Cette approche se déclinerait en deux temps: le premier pour les sentiers, le second pour les infrastructures.

À ce chapitre, notons que l’ajout d’un refuge et d’un musée à même un bâtiment de type « cabane à sucre » est au programme. « Les sentiers municipaux existants sont entièrement ouverts au public. Le réseau du Parc des sommets ouvrira graduellement », a dit Annie Cabana, n’étant toutefois pas en mesure de statuer quant à la date de l’ouverture complète du nouveau circuit de sentiers.

L’évaluation des travaux et des enveloppes relatives aux infrastructures sera lancée au cours des mois à venir. Les principaux bâtiments ne verront néanmoins pas le jour avant 2019, a affirmé celle qui chapeaute le projet.