Le maire de Bromont, Louis Villeneuve, sollicite une rencontre avec les ministres Charlebois et Melançon pour les conscientiser à l’importance du projet du Parc des sommets.

Parc des sommets de Bromont: Villeneuve interpelle Québec

À quelques semaines de la date butoir pour conclure la transaction menant à un parc intégral dans le massif du mont Brome, le maire de Bromont sollicite une rencontre avec la ministre Lucie Charlebois, responsable de la Montérégie, ainsi que son homologue à l’Environnement, Isabelle Melançon. De leur côté, ceux qui pilotent la campagne de financement viennent d’atteindre 90 % de la cible d’un million de dollars.

« Urgence Québec ». C’est ce qu’ont lancé en septembre à La Voix de l’Est des membres du comité de campagne afin d’illustrer l’aspect crucial de l’apport financier du gouvernement provincial dans le dossier. Louis Villeneuve, militant de la première heure pour le projet du Parc des sommets, souhaite à son tour conscientiser les ministres Charlebois et Melançon à l’importance d’une telle initiative.

« À titre de nouveau maire de Bromont, je sollicite dans les plus brefs délais une rencontre pour discuter du projet de protection du massif du mont Brome, un joyau des Montérégiennes. [...] Votre appui est déterminant », a résumé M. Villeneuve au sujet de la teneur de la missive récemment acheminée aux deux politiciennes. 

M. Villeneuve fait ce de projet un enjeu prioritaire pour Bromont. « J’étais dans le conseil qui a signé l’entente avec Charles Désourdy [propriétaire du vaste site, ndlr]. Elle est très claire. Il y a d’un côté un parc intégral. Et si le financement n’est pas au rendez-vous, [le promoteur] va pouvoir déboiser pour ouvrir une rue et construire des maisons dans un des endroits les plus extraordinaires de Bromont. »

En effet, si la cible globale n’est pas atteinte avant la date butoir du 1er février 2018, le propriétaire du vaste site pourrait y construire 27 maisons.

Signaux positifs

Bien que la victoire ne soit pas acquise, Pierre Vinet, membre du comité de campagne, estime que le dossier chemine « lentement, mais surement ». « Recueillir près d’un million de dollars auprès du public en si peu de temps, c’est en soi exceptionnel. Ça démontre hors de tout doute que la population est derrière le projet. Nos interlocuteurs au gouvernement en sont conscients. On a des signaux positifs de leur part. On demeure tout de même en plein suspense à propos d’un engagement formel. »

La somme globale pour acquérir le flanc sud du mont Brome, soit les monts Spruce et Bernard de même que le secteur du Val 8, s’élève à 8,25 M $ en raison des taxes de vente applicables et de la création d’un fonds de gestion pour la protection à long terme. À ce jour, les partenaires dans cette initiative, soit Protégeons Bromont, la Société de conservation du mont Brome, Corridor appalachien, les Amis des sentiers de Bromont et Conservation de la nature Canada (CNC), ont recueilli 900 000 $ en dons privés et en engagements. CNC devrait également injecter 1,5 M $ provenant de fonds sous gestion d’Ottawa et de Québec. Une enveloppe avoisinant 2,8 millions est en outre attendue du gouvernement provincial, notamment du ministère du Tourisme.

De son côté, Bromont souhaite contribuer au projet à hauteur de 2,75 millions. Dans l’éventualité où la cible globale n’est pas atteinte avant échéance, la municipalité pourrait utiliser la somme qu’elle consent au projet pour acheter le mont Bernard et la portion des terrains comportant des écosystèmes forestiers exceptionnels.