Des chantiers sont en cours dans le Parc des sommets pour remettre à niveau certains sentiers, notamment dans des tronçons des pistes L’Entrecôte (M30) et Hollywood (M29) ouverts au public.

Parc des sommets: consultation publique en septembre

Ça fourmille dans le Parc des sommets. Alors que deux sentiers sont déjà ouverts au public, des équipes s’affairent à remettre à niveau des tronçons du circuit dans le massif du mont Brome. Pour la suite du projet, un atelier de cocréation est prévu en septembre afin de permettre aux citoyens et utilisateurs de soumettre leurs idées concernant, entre autres, les infrastructures qui y seront érigées puis les sites à préconiser.

« On mise sur un atelier de cocréation qui aura lieu dans la troisième semaine de septembre, a précisé Annie Cabana, chargée de projet du Parc des sommets et responsable des sentiers municipaux. On reprend l’approche du dossier de la place publique. Le but est de travailler avec nos utilisateurs et les associations liées au projet de parc. [...] On veut vraiment favoriser l’implication citoyenne. C’est important que la population ait un certain pouvoir décisionnel. »

Par ailleurs, un forum de discussion sur le sujet est déjà en ligne sur le site Internet de la municipalité. « Pour nous, c’est une bonne façon de recueillir des idées préliminaires », a indiqué celle qui chapeaute le projet.

De son côté, le maire de Bromont, Louis Villeneuve, ne tarit pas d’éloges envers celle qui chapeaute le projet et lui laisse carte blanche pour mener à terme ce projet d’envergure. « Je dors tranquille avec Annie Cabana aux commandes. C’est une rassembleuse et elle est extrêmement compétente, a-t-il réitéré. Pas question de laisser quelque chose au hasard avec le parc. On veut vraiment que ce soit un élément de fierté pour les Bromontois. C’est ni plus ni moins que notre mont Royal. »

Interconnexion
À ce jour, les deux sentiers ouverts à la population sont la Hollywood (M29) puis L’Entrecôte (M30). « L’idée, c’était de permettre l’interconnexion entre le réseau municipal existant et la servitude trois saisons [Bromont, montagne d’expériences] », a mentionné Annie Cabana. Ainsi, à terme, aux 104 km de sentiers du réseau municipal s’ajouteront 17 km par le biais du Parc des sommets, qui couvre plus de 150 hectares. Les circuits seront principalement regroupés entre le Pic du chevreuil puis les monts Bernard et Spruce. De nouvelles boucles seront graduellement ouvertes, possiblement cette année, l’objectif étant d’avoir l’ensemble des sentiers accessibles pour 2019.

Parmi les infrastructures prévues dans le parc, notons l’ajout d’un pavillon d’accueil, d’observatoires, d’un refuge et d’un musée à même un bâtiment de type « cabane à sucre », ainsi qu’un abribus destiné à un service de navette. La planification de ces projets a été lancée. Rien n’est encore arrêté pour le moment, entre autres en ce qui concerne les sites, a fait valoir Annie Cabana. Aucune décision définitive ne sera prise avant la consultation publique.

Zones sensibles
La planification des sentiers est en branle. Or, il ne s’agit pas d’une mince tâche, car le site du Parc des sommets comporte plusieurs zones sensibles, notamment des écosystèmes forestiers exceptionnels (EFE). Plusieurs de ces secteurs devront être protégés et ne seront pas accessibles au public. D’autres nécessitent certains aménagements afin d’être préservés. Des équipes sont à pied d’œuvre en ce sens. « On veut valider si toutes les données des relevés biologiques dont on dispose reflètent la réalité sur le terrain en ce moment », a fait valoir Annie Cabana, précisant que le mandat a été confié à l’organisme Corridor appalachien.

Les tracés sont également évalués selon les différentes disciplines qu’il sera possible de pratiquer dans le parc, soit la marche, la course à pied, le vélo de montagne et la randonnée équestre. « Certains sentiers seront effacés, d’autres seront reconstruits », a mentionné la responsable du projet. Selon Annie Cabana, le club de trail et celui de vélo de montagne sont entre autres consultés à ce chapitre.

Par ailleurs, des travaux sont en cours dans certaines parties du circuit afin de les remettre à niveau. Ceux-ci sont réalisés via la subvention de 220 000 $ octroyée par la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement. On parle notamment de tronçons de la M29 et de la M30 où il y avait de l’érosion qui passait dans des milieux humides. Huit chantiers de ce type sur la douzaine prévus seront réalisés en 2018, a spécifié celle qui supervise le projet de parc.

Patrouilleur
La municipalité se penche sur la nécessité ou non de recourir aux services d’un patrouilleur, qui entrerait en poste dès les semaines à venir. Si cette option est retenue, il s’agirait d’un employé de la Ville. Des bénévoles pourraient se greffer par la suite. « Le patrouilleur aurait une présence dissuasive et ferait respecter les règlements. Il aurait un rôle d’éducation, de sensibilisation et d’information. Et s’il y a une urgence ou des blessés, cette personne pourrait intervenir et faire le lien avec les secours », a indiqué Annie Cabana.

En parallèle, cette dernière travaille avec les services de police et d’incendies pour élaborer un plan de mesures d’urgence. « On mise entre autres sur des bornes de repérage cartographiées pour permettre la recherche, le sauvetage et l’accès au site », a-t-elle expliqué. Un plan de signalisation est aussi dans les cartons.

Rappelons qu’outre le gouvernement provincial, les partenaires dans cette initiative sont, entre autres, Conservation de la nature Canada, Protégeons Bromont, la Société de conservation du mont Brome, Corridor appalachien et les Amis des sentiers de Bromont.