La somme globale pour acquérir le flanc sud du mont Brome, soit les monts Spruce et Bernard de même que le secteur du Val 8, s’élève à 8,25 millions de dollars.

Parc des sommets: à Québec d’agir

Alors que se profile la ligne d’arrivée pour boucler la transaction menant au parc intégral dans le massif du mont Brome, ceux qui pilotent la campagne de financement dans la communauté peuvent dire mission accomplie. La Voix de l’Est a appris que l’objectif d’un million de dollars a été dépassé.

« Un exploit ». C’est ainsi que le maire de Bromont, Louis Villeneuve, qualifie le travail de longue haleine accompli sur le terrain par le groupe qui porte à bout de bras le projet du Parc des sommets. 

« Au départ, bien peu de gens croyaient que la communauté de Bromont allait amasser un million de dollars, a indiqué en entrevue le militant de la première heure pour la création d’un parc intégral. Je suis très heureux de voir comment la population s’est mobilisée. Ça démontre qu’ici, quand on tient à un projet, les bottines suivent les babines. On envoie définitivement un signal fort à Québec. »

Au début décembre, le comité de campagne avait atteint 90 % de sa cible. De nombreux donateurs se sont alors manifestés, a mentionné Gérald Désourdy, membre du comité de campagne. « En peu de temps, des entreprises ont donné plusieurs milliers de dollars, a-t-il dit. Un donateur privé a même fait un chèque de 25 000 $. On sent vraiment un engouement pour le Parc des sommets. »

Or, pas question pour autant de baisser la cadence en ce qui concerne la collecte de fonds. « Les sommes excédentaires serviront à bon escient. On pourra investir l’argent dans des équipements pour l’entretien du parc ou dans la signalisation, a cité en exemple M. Désourdy. [...] C’est primordial, tant pour l’accessibilité que pour la conservation du site. »

« J’ai un grand respect pour la communauté qui a su conjuguer ses efforts pour atteindre un objectif commun. Les initiatives personnelles se sont multipliées à un rythme incroyable pour amasser le million de dollars. Ce qui fait la force de Bromont, ce sont ses citoyens et ses gens d’affaires. Quand on se mobilise, on peut réaliser de grandes choses », a lancé le président de Protégeons Bromont, Bertrand Lussier. 

«La population s’est prononcée et on a des appuis de taille. [...] Maintenant, à Québec d’agir pour que le projet de parc se concrétise», a indiqué le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

Nouveaux appuis

Le 20 décembre, les préfets de la Montérégie ont appuyé à l’unanimité, par voie de résolution, le projet du Parc des sommets. Ils ont également invité ceux qui portent l’initiative à déposer une demande d’aide financière au Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR) Montérégie. Le programme, sous gestion du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT), dispose d’une enveloppe d’un peu plus de 4,5 M $. De plus, la Table des préfets demande au gouvernement du Québec de verser les subventions nécessaires pour compléter le financement. 

Rappelons que la somme globale pour acquérir le flanc sud du mont Brome, soit les monts Spruce et Bernard de même que le secteur du Val 8, s’élève à 8,25 millions en raison des taxes de vente applicables et de la création d’un fonds de gestion pour la protection à long terme du site. 

Les partenaires dans cette initiative sont Conservation de la nature Canada (CNC), Protégeons Bromont, la Société de conservation du mont Brome, Corridor appalachien et les Amis des sentiers de Bromont. CNC devrait injecter 1,5 million provenant de fonds sous gestion d’Ottawa et de Québec. Une enveloppe avoisinant 2,8 millions est en outre attendue du gouvernement provincial, notamment du ministère du Tourisme. De son côté, Bromont souhaite contribuer au projet à hauteur de 2,75 millions. 

Date butoir

La date butoir du 31 décembre 2018 avait été originalement fixée pour boucler la transaction avec le propriétaire du vaste site, Charles Désourdy. Sinon, le promoteur pourrait y construire jusqu’à 27 maisons. Or, les deux parties ont convenu de reporter l’échéance au 18 janvier. « Le 31 décembre, tout le monde sera en vacances. On ne fera pas une spirale pour inquiéter tout le monde dans le temps des Fêtes, a fait valoir M. Désourdy. Alors, on a décidé de repousser [la date], autant pour CNC que pour la Ville. »

Le grand patron de Bromont, montagne d’expériences voit par ailleurs d’un très bon œil le fait que la communauté ait atteint sa cible pour le financement du parc intégral. 

« C’est une super nouvelle pour un très beau projet, a-t-il indiqué. C’est un signe puissant pour le gouvernement. Pour qu’on tourne la page. [...] Je m’aperçois que les gens veulent un parc nature. Il y a un terrain d’entente pour les zones qui ne sont pas accessibles. Et je crois que les gens vont respecter ça. C’est extraordinaire pour la région et pour la communauté. Ça va aussi avec notre vision d’entreprise. On veut attirer des gens de destination. [Le parc] sera un attrait additionnel à offrir. »

« La population s’est prononcée et on a des appuis de taille, a pour sa part souligné Louis Villeneuve. [...] Maintenant, à Québec d’agir pour que le projet de parc se concrétise. »