Val-des-Cerfs se situe en 13e position du palmarès des commissions scolaires publié lundi par le Journal de Montréal.

Palmarès des commissions scolaires: Val-des-Cerfs en milieu de peloton

La commission scolaire du Val-des-Cerfs se situe en 13e position au palmarès publié par le Journal de Montréal lundi. Le classement réalisé avec les données obtenues par l’Institut Fraser se concentre notamment sur les résultats des étudiants aux épreuves finales de secondaires 4 et 5.

« Nous avons pris connaissance de ce palmarès, mais nous ne sommes ni fâchés ni contents. Nous n’avons pas vraiment bougé depuis l’année passée, donc il n’y a pas à peser sur la sonnette d’alarme, mais on peut quand même s’améliorer. On prend ça avec un grain de sel », observe Paul Sarrazin, président de la commission scolaire du Val-des-Cerfs.

Le palmarès classe Val-des-Cerfs à égalité en 13e position, avec une note globale de 5.3, sur 28 commissions scolaires du Québec. Les commissions scolaires des Hautes-Rivières et Eastern Townships occupent respectivement les positions 14 et 15. Celle des Bois-Francs domine le classement provincial avec une note de 6.9.

Le président de la commission scolaire du Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin (au centre), assure prendre ces résultats avec un «grain de sel».

Le privé domine encore

Ce classement est établi avec les données de l’Institut Fraser, qui mène ce genre d’exercice dans plusieurs provinces. Au Québec, ces données sont présentées annuellement dans le Bulletin des écoles secondaires.

Chaque école secondaire se voit donc attribuer une note sur 10 en fonction des performances de ses étudiants. Les données utilisées pour ce classement reposent sur l’année scolaire 2018.

Dans la région, ce sont les écoles privées qui dominent au classement. Le Collège Mont-Sacré-Coeur a reçu une note de 7.8 et l’école secondaire du Verbe Divin occupe la deuxième place localement avec un score de 7.4.

Bien que les données de l’Institut Fraser illustrent une marge importante avec les écoles privées, les établissements publics de la région se situent dans la moyenne nationale.

L’école secondaire Monseigneur-Euclide-Théberge à Marieville obtient la meilleure note avec 6.1, suivie de l’école Massey-Vanier de Cowansville (côté francophone) à 5.9, de l’école secondaire de la Haute-Ville à Granby et de l’école Jean-Jacques-Bertrand à Farnham avec 5.7. 

Les établissements Robert-Ouimet d’Acton Vale et Massey-Vanier (côté anglophone) sont à égalité à 5.4, suivis de l’école Wilfrid-Léger à Waterloo à 5.2.

Les derniers de classes sont J.-H.-Leclerc à Granby, qui poursuit sa chute avec une note de 4.1 à égalité avec l’école Paul-Germain Ostiguy à Saint-Césaire.

Le Bulletin des écoles secondaires de l’Institut Fraser ne présentait pas de données sur l’école secondaire L’Envolée.

« Il faut s’assurer que chaque établissement ait les outils nécessaires. Notre priorité, c’est que nos étudiants puissent réussir et on ne veut pas créer un réseau à deux vitesses avec des écoles qui excellent et d’autres qui ont plus de difficulté », assure Paul Sarrazin.

Écart entre les garçons et les filles

Les statistiques de l’Institut Fraser montrent également un écart presque systématique dans les résultats scolaires des garçons et des filles, à l’avantage de ces dernières. 

Cet écart s’élève en moyenne autour de 5 % tant en mathématiques, en sciences, qu’en anglais et en français. Il n’y a qu’à Waterloo où les garçons ont obtenu de meilleurs résultats en mathématiques en 2018, surpassant de 9 % leurs camarades. 

Si les étudiantes ont tendance à dominer dans toutes les écoles de la province, l’écart de résultats entre les sexes varie de façon importante d’une année scolaire à l’autre.