Val-des-Cerfs se situe légèrement au-dessus la moyenne provinciale des commissions scolaires, selon le palmarès réalisé par l’Institut Fraser.

Palmarès de l'Institut Fraser: Val-des-Cerfs au-dessus de la moyenne

Avec une note de 5,5, la commission scolaire du Val-des-Cerfs se situe légèrement au-dessus de la moyenne provinciale (5,4) selon le palmarès réalisé par l’Institut Fraser pour le compte du Journal de Montréal.

Malgré une tendance à la baisse depuis quatre ans, Val-des-Cerfs se classe au 13e rang sur 26 avec d’autres commissions scolaires. « On ne se pavanera pas par excès de confiance. Mais on n’est pas dans une situation problématique », estime le président de Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin.

« De façon générale, ça montre que la gouvernance et les ressources en place portent fruit. »

Le palmarès de l’Institut Fraser est principalement basé sur les résultats obtenus par les élèves aux examens ministériels de quatrième et cinquième secondaires. « On essaie de bien encadrer ces examens pour obtenir un niveau de réussite optimal. Ça relève des enseignants et de la direction », précise M. Sarrazin.

L’écart entre les garçons et les filles et la proportion d’élèves qui montrent un retard dans leur parcours scolaire sont également pris en compte.

Paul Sarrazin souligne que Val-des-Cerfs se compare avantageusement à la commission scolaire de Saint-Hyacinthe, qui affiche une note de 4,7 malgré « un tissu urbain et une composition similaires ».

Des Hautes-Rivières au 19e rang
Responsable notamment du volet anglophone de l’école Massey-Vanier de Cowansville, la commission scolaire Eastern Townships a obtenu une note de 5,3 (à égalité en 15e position) et suit ainsi une tangente positive.

Les résultats sont moins réjouissants pour la commission scolaire des Hautes-Rivières, qui a reculé avec un rendement de 4,9, ce qui la place au 19e rang provincial. « Moi, je trouve qu’on a fait des avancées importantes au niveau de la réussite. Parce qu’il y a quelques années, on était au 61e rang », plaide toutefois la présidente Andrée Bouchard.

« (...) Maintenant, ce qu’on doit travailler, c’est la persévérance scolaire chez les élèves du secondaire. »

Mme Bouchard admet qu’elle n’est pas fervente des palmarès, notamment parce qu’ils s’appuient souvent sur des données ministérielles datant de plusieurs années.

Notons que celui de l’Institut Fraser est dominé par la commission scolaire de la Baie-James (6,9), suivie de celle des Bois-Francs (6,8). La commission scolaire de Sorel-Tracy (2,2) ferme la marche.