La conseillère en développement rural Tania Szymanski invite les promoteurs à la contacter avant de déposer leur projet.

Pacte Brome-Missisquoi: moins de fonds pour 2019

Année de vache maigre en perspective pour des organismes à but non lucratif de Brome-Missisquoi. Le fond du pacte Brome-Missisquoi, qui permet à une quarantaine d’entre eux de financer des projets communautaires, sera amputé en 2019 de près de 84 000 $ comparativement au montant total investi en 2018.

Les sept différents territoires identifiés par la MRC devront se partager 226 306 $ en 2019 alors que plus de 310 000 $ avaient été investis cette année.

La conseillère en développement rural au Centre local de développement (CLD) de Brome-Missisquoi, Tania Szymanski, explique que la MRC a dû piger dans l’enveloppe du pacte rural pour financer quelques projets dans les derniers mois. L’an dernier, Brome-Missisquoi avait ainsi choisi de soutenir le projet du Parc des sommets de Bromont à la hauteur de 100 000 $ sur quatre ans, ce qui ampute de 25 000 $ le budget actuel. Le financement de la Stratégie d’attraction présentée au printemps dernier a également coûté 50 000 $ au fond du pacte rural.

Si ces sommes ne sont pas disponibles pour l’appel de projets, elles seront tout de même investies dans la MRC, rappelle Mme Szymanski.

Cette diminution de l’enveloppe se fera surtout ressentir dans la portion allouée aux projets touchant l’ensemble de la MRC, passant de 78 453 $ en 2018 à 38 153 $ en 2019, et dans le pôle de Farnham qui se voit réservé 24 905 $ pour l’an prochain alors que 40 000 $ ont été investis en 2018. Quelques milliers de dollars pourraient s’ajouter si d’autres pôles se retrouvent en surplus budgétaires.

Toutefois, Tania Szymanski ne croit pas que l’impact sera important pour les organismes locaux.

« Il y a toujours plusieurs façons de voir comment on fait le développement. C’est bon d’aider tout le monde, mais parfois on n’avance pas en saupoudrant l’investissement. L’attraction de nouvelle population et la pénurie de main-d’œuvre sont des enjeux hyper importants pour la MRC. On veut agir plutôt que subir. Notre stratégie d’attraction est étoffée, mais ça prend de l’investissement », plaide-t-elle.

Mme Szymanski précise que le CLD n’acceptera pas nécessairement moins de projets, les sommes allouées pouvant par exemple être globalement revues à la baisse afin d’en faire profiter un maximum d’organismes.

Procédures
Les responsables d’organismes à but non lucratif et les municipalités peuvent dès maintenant soumettre leurs projets au CLD. Les documents à remplir ainsi que l’information pour guider les intéressés dans leurs démarches sont disponibles sur le site web de la MRC. Le formulaire a d’ailleurs été raccourci cette année pour tenir en deux pages sans possibilité d’y ajouter des annexes explicatives.

Mme Szymanski invite les promoteurs à prendre contact avec elle avant de déposer formellement leur demande. « Ça peut aider au niveau de l’analyse si je peux parler avec le promoteur et lui poser des questions », explique la conseillère en développement rural.

Des séances d’informations auront lieu à Farnham, Cowansville et Sutton en octobre. Les dates sont encore à déterminer.

L’appel de projets se terminera le 11 janvier. Les projets retenus seront dévoilés le 20 février.