Mélodie est arrivée au Québec le 27 avril dans les bras de sa maman, Marie-Ève Cloutier. Son papa, Sébastien Cloutier et ses frères Milan, Thimothé et Zachael l’attendaient impatiemment à l’aéroport.

Offrir une vie meilleure à Mélodie

Rêver d’offrir une vie meilleure à un enfant. Ce désir, la Waterloise Marie-Ève Cloutier le caressait depuis plus de 20 ans. Ce projet de vie est devenu réalité il y a quelques semaines en adoptant la jolie Mélodie, une Chinoise âgée de 18 mois. La petite vient ainsi compléter la famille qui comptait déjà trois garçons !

À l’âge de 11 ans, la mère de famille a été touchée en visionnant un documentaire sur les orphelinats en Chine, où régnait alors la politique de l’enfant unique. « Les parents pouvaient avoir un seul enfant et c’était préférable d’avoir un garçon parce qu’à cette époque-là, il assurait la lignée et prenait soin de ses parents à leur vieillesse. Les filles étaient abandonnées », explique Mme Cloutier, qui s’était alors promis qu’un jour elle adopterait un enfant en Chine.

Lorsqu’elle a rencontré son conjoint des 16 dernières années, Sébastien Cloutier, son projet d’adoption était toujours bien vivant. « Je lui ai dit soit on va travailler dans un orphelinat en Chine pendant un an ou on adopte », dit-elle. « Un an en Chine ? Non. On adopte ! », poursuit son conjoint en riant.

Même le jour de leur mariage, Marie-Ève Cloutier s’est assuré que son futur mari était toujours intéressé à l’accompagner dans ce projet de vie. « C’était : “Est-ce que tu veux adopter ? Oui ?” Et ensuite, oui je le veux », raconte en rigolant M. Cloutier.

Chaque pays établit ses propres critères d’adoption. En Chine, l’âge minimal des parents est fixé à 30 ans. « On s’est dit qu’en attendant d’adopter, on allait essayer de faire un enfant, mais je ne sentais pas nécessairement le besoin d’être enceinte », raconte la maman.

Dix ans plus tard, son conjoint et elle sont les parents biologiques de Zachael, 10 ans, Milan, huit ans et Timothé, cinq ans. Le petit dernier est d’ailleurs arrivé si vite que la maman a accouché sur le balcon de la résidence familiale !

Famille à compléter
Même avec les trois garçons, le rêve d’adopter n’est pas disparu. « La famille n’était pas complète », affirme M. Cloutier, un agent immobilier. Les démarches d’adoption ont alors débuté en novembre 2014 par la préparation de leur dossier que le couple a réalisé avec l’aide de l’organisme Parents Sans Frontières. C’est finalement en juillet 2015 qu’il a appris que la Chine acceptait leur demande.

Seuls les enfants qui ont des besoins particuliers peuvent désormais être adoptés à l’extérieur de la Chine. La famille qui accueillera un enfant doit choisir quelle condition de santé elle est prête à accepter. La petite Mélodie est née avec une main dont le développement n’a pas été complété. Sa circulation sanguine a été coupée par un filament fibreux présent dans le liquide amniotique, appelé «bride amniotique», explique la maman.

Âgée de 18 mois, la petite Mélodie vient compléter la famille Cloutier, qui compte aussi trois garçons.

Âgée d’une semaine, la fillette au regard brillant a été abandonnée dans un pousse-pousse. Deux semaines plus tard, elle a été accueillie dans une famille d’accueil supervisée par un orphelinat. « En général, c’est des personnes âgées qui les accueillent. Ils font ça pour ajouter à leur revenu de retraite », explique Marie-Ève Cloutier.

Une proposition pour adopter la fillette a été présentée aux parents en janvier dernier. « J’ai reçu un appel sur mon cellulaire et c’était plein d’abréviations. Je me demandais c’était quoi et Marie-Ève m’a dit que c’était l’agence, de répondre ! », raconte le père de famille.

Le couple a réfléchi quelques minutes avant d’accepter puisque la petite était plus jeune que ce qu’il croyait. « Ça a été oui ! », dit la maman, qui a pris un vol à destination de Pékin le 14 avril pour accueillir leur quatrième enfant.

Rares sont les familles adoptives qui acceptent un handicap comme celui de Mélodie, raconte Marie-Ève Cloutier. « Ma guide, qui fait ce travail depuis huit ans, m’a dit que c’était la deuxième fois qu’elle accompagnait une famille qui adoptait une enfant avec un membre amputé », dit-elle.

Faire la différence dans la vie d’un enfant était au cœur du projet. Les parents ont assurément rempli leur mission. « La guide m’expliquait que même aujourd’hui, c’est mal vu d’avoir un handicap en Chine. Que ces personnes sont cachées, gardées dans leur maison », raconte la maman.

Un moment magique
La première rencontre entre elle et la fillette a été « magique », décrit la femme âgée de 35 ans. « Elle était super souriante. J’avais mis du vernis à ongles rouge et j’ai tout de suite su que j’avais une petite fille parce qu’elle regardait mes ongles et les flattait », raconte-t-elle.

« On a eu une enfant en or ! », renchérit son conjoint. Pendant les deux semaines où la maman et la fillette étaient en Chine, les garçons et lui ont pu faire connaissance avec la petite dernière via FaceTime. « Tous les jours, elle nous voyait. Je pense que ça a beaucoup aidé à l’acceptation quand elle est arrivée ici parce qu’elle reconnaissait déjà nos visages », dit M. Cloutier.

La fillette est arrivée au pays le 27 avril. « Elle est super facile. Elle joue déjà par elle-même. Sinon, ses frères jouent avec elle. Je sens que j’ai déjà repris 95 % de ma vie normale », affirme la maman.

« On avait trois enfants. Maintenant, on en a quatre et voilà. La vie continue », conclut le papa.