Les Confiturières est le fruit de l’ambition du duo mère-fille composé de Nathalie Daguzan, alias Nathy D, et sa fille Romane Jouanny (notre photo).

Ode aux fruits de la région: Les Confiturières s'installent à Granby

C’est tout discrètement que la nouvelle boutique Les Confiturières a ouvert ses portes, lundi, rue Principale à Granby.

Le commerce ayant élu domicile dans les locaux auparavant occupés par Les Délices d’Elliott, est le fruit de l’ambition du duo mère-fille composé de Nathalie Daguzan, alias Nathy D, et sa fille Romane Jouanny. 

« J’ai étudié en cuisine et j’ai obtenu mon diplôme en 2015, relate cette dernière. Ma mère est confiturière depuis 2001. J’ai commencé à travailler avec elle, et j’ai l’âme d’une entrepreneure. Ça la réconforte, car je ne crois pas qu’elle aurait fait croître l’entreprise toute seule. Maintenant, nous savons toutes les deux qu’elle va perdurer. »

L’appétit de la croissance est d’ailleurs ce qui a motivé l’ouverture d’un point de vente au centre-ville de Granby. « La cuisine est devenue trop petite pour nos besoins, explique Mme Jouanny. Alors, tant qu’à devoir grandir, on s’est dit qu’on pourrait offrir une vitrine aux producteurs de la région, qui souvent ne vendent leurs produits qu’en été, dans un kiosque. Ici, ils seront disponibles à l’année. »

Car en plus de la gamme de confitures fines Nathy D, fabriquée à Saint-Paul-d’Abbotsford, ces dames sont derrière les sirops, confitures, gelées et confits d’une vingtaine d’entreprises agricoles de la région, qui leur confient les produits de leurs terres pour en faire des délices. 

La mode est beaucoup aux sirops, ajoute-t-elle, que ce soit pour les cocktails, la crème glacée ou les crêpes, par exemple.  « Les gens recherchent de plus en plus des produits distingués, raffinés et de bon goût », précise l’entrepreneure.

Une gamme du nom de la boutique, Les Confiturières, est d’ailleurs en préparation. Ces confitures seront élaborées à partir de produits saisonniers en quantités limitées.

Découvertes matin, midi et soir

La confiture est l’avenue idéale pour goûter à de nouveaux fruits, souligne Mme Jouanny. 

« Quand on ne sait pas comment apprêter de nouveaux aliments, ça peut être une belle façon de s’initier. C’est particulièrement le cas grâce à l’émergence de nouveaux produits dans la région, comme l’argousier, la camerise et le sureau, sans oublier les fleurs comestibles. »

La confiture, dit-elle enfin, ce n’est pas seulement bon pour le petit-déjeuner. 

« C’est un ingrédient qu’on peut incorporer à tous les repas, en marinade ou en vinaigrette par exemple. On peut tellement s’amuser! », renchérit la jeune confiturière.