« Qui a signé l'autorisation pour qu'AAER reçoive ce chèque? », questionne François Bonnardel, qui aimerait bien avoir des explications sur ce dossier.

Octroi de 2,5 M$ à AAER: «On a le droit de connaître la vérité»

Le député de Granby, François Bonnardel, a pris la balle au bond dans la foulée des récentes déclarations-chocs survenues à la commission Charbonneau. Des allégations voulant que l'ex-premier ministre Jean Charest ait reçu un chèque de 3000$ provenant d'un membre de la direction de la défunte compagnie bromontoise AAER, qui a ensuite obtenu un financement de 2,5 M$ d'Investissement Québec, a fait bondir le député caquiste. Celui-ci a exigé lors d'un point de presse, hier, que le gouvernement Marois fasse la lumière en rendant publics les documents relatifs à cet épineux dossier.
«C'est assez troublant ce qui se passe avec M. Charest», a lancé François Bonnardel. «Tout le monde connaissait la proximité du Parti libéral, le patronage de certaines entreprises, certaines firmes d'ingénierie (...) M. Charest demandait à ses ministres d'amasser 100 000$ par année pour les coffres du Parti. J'imagine qu'il devait lui-même amasser cette somme», a renchéri le porte-parole de la CAQ en matière de ressources naturelles.
À la Commission Charbonneau mercredi, des extraits de conversations enregistrées par la Sûreté du Québec en novembre 2008, ont été dévoilés. On pouvait y entendre l'entrepreneur Louis-Pierre Lafortune discuter avec le président d'AAER Dave Gagnon au sujet d'une enveloppe contenant un chèque de 3000$ qui aurait été remise à Jean Charest par l'entremise d'un lobbyiste. De plus, des vérifications faites par l'équipe de l'enquête publique ont démontré qu'un chèque concordant avec ce montant, paraphé par Jean Pronovost, membre de la direction du fabricant d'éoliennes, a bel et bien été donné en novembre 2008 à l'Association libérale de Sherbrooke, circonscription de M. Charest.
Tous les détails dans notre édition de vendredi