Un soleil radieux brillait sur le lac Boivin et la chaleur ne faisait trop souffrir les participants, qui étaient enflammés. Dans leurs bateaux-dragons, les équipes comptant 21 personnes ont ramé avec ardeur et tenté par tous les moyens d'être synchronisées.

Objectif fracassé pour le Défi EnBarque pour ta Fondation

Cris de ralliement, chansons à répondre, costumes de Viking ou de lutins, musique festive... Le lac Boivin en a vu de toutes les couleurs, samedi, alors que les bateaux-dragons ont fendu les eaux à toute vitesse à l'occasion du Défi EnBarque pour ta Fondation.
Pour cette cinquième édition, les organisateurs du Défi s'étaient donné un objectif de 85 000$. Ils ont été plus que comblés en recueillant 100 127$.
«C'est un événement très rassembleur, s'exclame la directrice générale de la Fondation du Centre hospitalier de Granby, Suzanne Surette. Chaque année, les gens sont fous et se donnent beaucoup pour ça. En plus, on a la température de notre bord.»
En effet, un soleil radieux brillait sur le lac Boivin et la chaleur ne faisait trop souffrir les participants, qui étaient enflammés. Dans leurs bateaux-dragons, les équipes comptant 21 personnes ont ramé avec ardeur et tenté par tous les moyens d'être synchronisées.
Huit bateaux-dragons étaient sur l'eau pour l'occasion. Quatre courraient à la fois, pendant que quatre autres se préparaient.
Certains hommes avaient décidé d'enfiler des habits de femmes, une équipe était déguisée en lutins - avec un père Noël -, d'autres arboraient fièrement un casque cornu de Viking et d'autres avaient choisi de jouer les superhéros. Le paysage était si diversifié qu'on se serait cru dans la bande dessinée Où est Charlie?.
Il faut préciser qu'un prix était remis pour le meilleur costume, d'où la motivation pour redoubler d'originalité.
<p>Le Défi EnBarque pour ta Fondation est un événement très rassembleur, estime la directrice générale de la Fondation du Centre hospitalier de Granby, Suzanne Surette. </p>
Dur... mais amusant
Deux lutins, Katherine Boulet et Caroline Dupont, de l'équipe du CPE Chez Nous, en étaient à leur première participation. «C'est vraiment dur pour les bras, mais c'est tellement amusant, c'est un bon trip de gang», raconte Katherine.
«Ça demande aussi beaucoup de synchronisation, renchérit Caroline. Mais on a beaucoup de plaisir!»
Trente-quatre équipes étaient inscrites au Défi EnBarque, ce qui représente plus de 700 participants.