En 2018, 418 nouvelles unités de logement ont été construites à Granby.

Nouvelles constructions à Granby: «une excellente année» en 2018

Aucun record n’a été fracassé, mais l’année 2018 demeure une très bonne année au chapitre des nouvelles constructions à Granby, tous secteurs confondus, estime le maire Pascal Bonin. Et 2019 s’annonce prometteuse.

« C’est une excellente année. On voit que le dynamisme économique est encore sur notre territoire », fait-il valoir.

L’année 2019 pourrait d’ailleurs être une année bien chargée si l’ensemble des projets qui cheminent dans l’appareil municipal devait se concrétiser au cours des prochains mois, relève pour sa part le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville de Granby, Gabriel Bruneau.

« En plus du secteur résidentiel qui poursuit sa lancée des dernières années, on sait pertinemment qu’il y a des projets qui vont voir le jour dans le secteur industriel, selon les dossiers sur lesquels travaille Granby Industriel. Il y a aussi des projets commerciaux qui pourraient se confirmer en 2019, ce qui ferait en sorte que ça pourrait être une très bonne année », dit M. Bruneau.

Le maire de Granby, Pascal Bonin

Secteur convoité

Uniquement dans le secteur commercial, plusieurs projets sont dans l’air, particulièrement dans le secteur de la rue Saint-Jude. À ce jour, c’est le projet du Groupe Quint, appelé à se déployer près du centre de rénovation Canac et de l’intersection des routes 112 et 139, qui semble le plus prêt à décoller. Quatre bâtisses indépendantes abritant plusieurs restaurants devraient y être construites, selon les informations transmises l’automne dernier par le président du groupe, Ian Quint.

À la fin de l’année, le Groupe Quint a d’ailleurs annoncé sur sa page Facebook être à la recherche d’un franchisé Bâton Rouge, alors que les travaux débuteraient « dans quelques semaines ».

« Les permis n’ont pas encore été émis. Mais on est dans la finalisation des processus d’approbation. Ça devrait aboutir dans les prochaines semaines », confirme Gabriel Bruneau.

Annoncée depuis un bon moment, la venue de l’épicier Pasquier tarde encore à se concrétiser. « On sait qu’il y a eu des travaux de démolition réalisés par le promoteur, mais on est en attente dans ce dossier-là », glisse le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire.

Gabriel Bruneau affirme par ailleurs que des discussions sont en cours avec certains promoteurs souhaitant construire un nouvel hôtel dans le même secteur. L’adoption en mai dernier d’un programme qui prévoit un crédit de taxes de cinq ans aux projets qui permettront la construction d’un hôtel de trois étages et plus ainsi que d’un centre des congrès a suscité de l’intérêt, semble-t-il.

Autre projet qui pourrait faire bondir les statistiques en 2019 : la construction annoncée d’un CHSLD à Granby.

Les propriétaires du Riverain, situé rue Principale à Granby, étudient également la possibilité de rénover et d’agrandir leur résidence pour personnes âgées. Mais, pour l’heure, les démarches demeurent embryonnaires. « On est au stade de l’analyse et de la table de travail avec le promoteur. On n’est pas rendu à parler de permis de construction dans ce dossier-là », précise Gabriel Bruneau.

Impact

En 2018, ce sont 418 nouvelles unités de logement qui ont été construites au cours de l’année. La valeur déclarée des permis et certificats délivrés a atteint 123,7 millions $, selon les statistiques de construction comptabilisées par la Ville de Granby.

À titre comparatif, 408 unités de logement ont été ajoutées sur le territoire en 2017. À 143 millions $, la valeur des investissements générés figurait d’ailleurs parmi les trois meilleures performances de la dernière décennie. L’émission du permis de construction du centre aquatique, pour des travaux de 33 millions $, a toutefois eu un impact significatif sur les statistiques de 2017, souligne le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire.

« Il faut toujours remettre ça en perspective », ajoute Gabriel Bruneau.

En 2018, ce sont entre autres les permis émis pour la construction des usines du Groupe Millet Plastics (5 millions $) et de L.B. Maple Treat (2,8 millions $) qui ont eu un impact un peu plus grand.

« Je pense qu’il faut continuer, comme conseil municipal, à bien gérer la ville, à avoir des programmes pour stimuler l’économie et à bien accompagner ceux qui viennent chez nous », dit le maire Bonin.