La nouvelle ligne électrique devra passer ailleurs qu’au-dessus de la sculpture Le Fougueux, installée au centre du carrefour giratoire près de la sortie 78 de l’autoroute 10 à Bromont.

Nouvelle ligne électrique: trois tracés possibles près du Fougueux

Hydro-Québec poursuit la mise à niveau de son réseau dans la région, amorcée avec la construction du poste Adamsville à Bromont en 2016. La société d’État veut maintenant rehausser la capacité du circuit reliant le poste Cleveland, à Granby, à celui de Waterloo. Les travaux, au programme pour 2020, prévoient le remplacement des pylônes de bois existants par des équipements d’acier plus volumineux.

Le tracé doit suivre l’emprise actuelle, excepté à Bromont, où trois scénarios sont envisagés près du carrefour giratoire de la sortie 78 de l’autoroute 10. « Actuellement, la ligne passe carrément au-dessus du cheval Fougueux, ce qui n’est pas idéal. Au niveau des variantes, trois options sont à l’étude. Des simulations visuelles seront présentées aux citoyens. Et on va recueillir leurs commentaires. On parle aussi avec la Ville pour voir quelle option elle considère comme la plus intéressante », a indiqué la conseillère des relations avec le milieu en Estrie et Montérégie pour Hydro-Québec, Mélanie Destrempes.

Variante A
Variante B
Variante C

Le projet consiste à convertir la ligne à 49 kilovolts (kV). Le nouveau circuit, d’une longueur d’environ 12 km, sera utilisé avec une tension initiale de 120 kV. Le tronçon de Granby s’étendra sur près de 3 km, tandis que les portions de Bromont et Shefford auront respectivement 3,6 km et 4,9 km. On doit toutefois s’attendre à devoir abattre une partie des arbres le long du circuit actuel. « Pour assurer la continuité du service de la ligne, l’emprise doit être de 34 m de largeur, soit 17 m de part et d’autre du centre de la ligne. L’emprise actuelle de 30,5 m devra ainsi être élargie de 3,5 m », a précisé la société d’État. Sa mise en service est prévue en 2021. Notons que le démantèlement de la ligne électrique actuelle aura lieu avant l’installation des nouveaux pylônes métalliques. Les citoyens seront alors desservis par l’entremise d’un autre circuit existant.

Portes ouvertes

Le projet sera présenté mercredi, dans le cadre de portes ouvertes entre 14 h et 20 h, à l’hôtel le St--Martin à Bromont. Des représentants d’Hydro-Québec ont rencontré au cours des derniers jours les propriétaires de terrains et les municipalités concernées par l’initiative, a fait valoir Mme Destrempes. 

La séance à venir sera l’occasion pour la population de pousser la réflexion un cran plus loin, tout en permettant aux citoyens qui le souhaitent de donner leur opinion. « Il y aura d’abord une présentation du projet. Ensuite, il y aura des tables réparties dans la salle. On aura notre spécialiste en environnement et aussi notre ingénieur de ligne qui expliquera l’endroit où le tracé passe. » Un spécialiste des champs électromagnétiques sera également sur place pour répondre aux questions du public. 

Le tracé final devrait être dévoilé d’ici la fin de l’automne prochain, a mentionné la porte-parole d’Hydro--Québec. De son côté, le maire de Bromont, Louis Villeneuve-, aurait préféré que l’on enfouisse la ligne électrique dans le secteur du carrefour giratoire. Mais cette option n’est pas envisageable en ce qui concerne l’aspect environnemental, lui aurait répondu la société d’État. Il préconisera donc l’option la « moins nuisible » visuellement et pour l’empiètement sur des terrains adjacents.

Désuétude

En parallèle au projet de mise à niveau de la ligne entre les postes Cleveland et Waterloo, Hydro--Québec mène une initiative similaire dans le secteur de Bonsecours. Des projets incontournables étant donné la désuétude des circuits, a fait valoir le responsable des affaires publiques pour la société d’État, Maxence Huard-Lefebvre. « Dans les infrastructures du secteur [Estrie et Montérégie], des lignes de transport datent des années 1940. On doit les remplacer pour assurer leur pérennité et répondre à la demande. »

Ainsi, la ligne à 49 kV pour l’ensemble de ces deux projets passera d’une longueur de 240 km à 85 km, lorsqu’elle sera convertie à 120 kV. « À terme, on va passer de 11 postes à 5 postes, a mentionné M. Huard-Lefebvre. [...] On commence un grand ménage dans le réseau électrique régional. »