Une trentaine d’anciens combattants seront invités à un camp de ski adapté spécialement conçu pour eux par la Fondation des sports adaptés, du 10 au 15 février, à Bromont.

Nouvelle formule pour le camp de ski pour anciens combattants

Le camp de ski pour anciens combattants vivant avec un handicap physique ou psychologique sera de retour en février à Bromont, mais selon une formule allongée. La Fondation des sports adaptés (FSA) reprend en main l’organisation de ce camp spécial.

L’an dernier, Bromont, montagne d’expériences (BME) était pour la première fois le lieu de rassemblement des participants du camp, qui était organisé par la FSA pour le compte de Soutien aux anciens combattants blessés Canada. Cette année, pour fêter ses 25 ans, la FSA a choisi d’être seule à la barre du camp de ski adapté et d’allonger l’expérience.

« On triple presque le nombre de participants de soldats blessés, confie le directeur général de la FSA, Steve Charbonneau. Il y aura trente soldats blessés qui skieront assis ou debout. On a à peu près une quarantaine de bénévoles qui vont être sur le site et, parmi eux, la moitié sont d’anciens militaires qui sont passés par un des camps de la FSA et qui sont aptes à accompagner un autre militaire qui va moins bien. »

Sortir de l’isolement

Ce jumelage leur permettra de discuter de sujets qui les touchent et qu’ils partagent, comme leurs expériences et leur cheminement. Le but recherché est de sortir ces anciens combattants de l’isolement et, en prenant l’activité à son compte, la Fondation des sports adaptés — un organisme de la région ­— pourra choisir quels seront les anciens combattants invités. Une équipe médicale sera par ailleurs sur place en tout temps.

« Par le passé, on était des sous-traitants pour des organisations, dont Soutien aux anciens combattants blessés Canada. Cette fois-ci, les inscriptions passent directement par chez nous, précise M. Charbonneau. On voulait aller chercher une certaine indépendance. On veut s’assurer qu’on soit capable d’aller chercher les militaires qui sont dans leur garage ou dans leur sous-sol et qui n’en sortent pas parce qu’ils ne sont pas rattachés à une organisation. Les gens qui sont passés chez nous nous aideront à les trouver. »

Ski in ski out

Huit des neuf autres camps hivernaux pour les anciens combattants se sont tenus à Owl’s Head, la station de ski où se déroule le programme régulier de la Fondation des sports adaptés. En choisissant BME, la fondation s’est assurée de pouvoir offrir pratiquement du « ski in ski out » aux soldats blessés en les logeant au Château Bromont. Cette décision et cette proximité avec l’hôtel ont permis à la FSA d’aller chercher un partenaire financier qui défraie pratiquement tous les coûts, qui s’élèvent à environ 75 000 $. L’organisme ontarien La Patrie gravée sur le cœur a offert une subvention de 50 000 $ pour la réalisation de ce camp de ski adapté, qui se tiendra du 10 au 15 février. 

« Ils subventionnent un camp similaire près d’Ottawa et ils voulaient prendre un peu d’expansion et commanditer un autre camp similaire. Les seuls autres, c’était nous. Ça nous a permis de grossir l’événement pas mal », explique M. Charbonneau. Un des critères pour obtenir une telle subvention est que l’hébergement soit situé pratiquement au pied des pentes.

La station de ski donnera accès gratuitement à ses installations aux participants et bénévoles pendant le camp et la Ville de Bromont a été sollicitée pour soutenir financièrement l’activité à la hauteur de 5000 $. La décision doit être prise lundi lors de la séance de conseil.