On voit ici une esquisse de la future place publique de Bromont.
On voit ici une esquisse de la future place publique de Bromont.

Nouvelle étape vers la place publique de Bromont

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Malgré la pandémie, la municipalité de Bromont continue de faire progresser ses projets. Celui de la place publique en fait partie. La Ville vient en effet de lancer l’appel d’offres pour sa construction. Si tout se déroule comme prévu, citoyens et visiteurs pourront profiter de la future agora et ses nombreuses infrastructures d’ici la fin de 2020.

«On devait commencer les travaux pour la place publique ce printemps. Mais la crise actuelle nous a forcés à revoir nos plans. Mais il n’y a pas de doute que c’est un projet important et on veut que ça se fasse dès que les activités pourront reprendre en ayant [l’aval] du gouvernement du Québec», a indiqué le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

Pour l’instant, la Ville garde le cap pour boucler le projet au cours des mois à venir. En ce sens, les candidats pourront répondre à l’appel d’offres pour la construction de la place publique d’ici le 23 avril. Les documents devront être acheminés à l’hôtel de ville, où ils seront ouverts à la date butoir.

Au terme d’un appel d’offres précédent, les élus de Bromont ont accordé à CIMA + SENC le contrat de services professionnels en architecture et ingénierie pour le projet, estimé à trois millions de dollars, qui prendra forme entre le Café 1792 et la boutique l’Apothicaire.

Sans renier son passé, la Ville souhaite faire disparaître l’étiquette de «Vieux-Village» au secteur de la rue Shefford situé au cœur de la municipalité. D’ailleurs, la place publique se veut un endroit dynamique qui permettra de relier l’artère principale au Campus Germain-Désourdy, un peu en retrait, qui compte de nombreux équipements.

Fluidité et flexibilité

La Ville a opté pour un concept alliant fluidité et flexibilité des infrastructures. La place comportera un bâtiment doté d’un bloc sanitaire, ainsi que quelques locaux. Une portion sera dédiée aux cyclistes. On y retrouvera entre autres un atelier pour réparer les vélos, avec quelques outils spécifiques. L’agora pourra accueillir de 500 à 700 personnes.

Des estrades seront intégrées à même le terrain juste en face afin de se fondre dans le paysage. Plusieurs îlots de verdure seront aménagés. Cela permettra aux gens de déambuler dans des sentiers entourés de végétaux ou d’y trouver un peu d’ombre. La population pourra également pratiquer des activités en plein air sur un grand espace gazonné.

Marché public

Plusieurs citoyens ont évoqué au fil des consultations la nécessité d’incorporer un marché public au sein du lieu de rassemblement. L’espace a été pensé de façon à pouvoir tenir de telles activités en utilisant notamment le toit du bâtiment multifonctionnel, puis en érigeant des chapiteaux à proximité, afin de créer une ambiance conviviale.

Or, aucune décision n’est arrêtée pour l’instant dans cette portion du dossier, qui demeure sur la glace. Par contre, «la place publique permettra une multitude d’activités, dont des événements qui s’apparentent à l’offre d’un marché public», a mentionné la directrice des communications et de la ville intelligente, Catherine Page.