« Le côté des gros animaux était trop grand. Les besoins étaient mal répartis, donc on les a réévalués », explique Noémie Dubé, vétérinaire et copropriétaire depuis un an et demi.

Nouvelle Clinique vétérinaire de Granby: pour le bien-être des animaux

Les choses bougent à la Clinique vétérinaire de Granby. Les sept vétérinaires propriétaires ont fait un investissement de 2,7 millions de dollars pour ériger une toute nouvelle clinique de 9500 pieds carrés au goût du jour et adaptée aux besoins de sa clientèle.

La nouvelle structure est en construction à l’arrière de la clinique actuelle située au 576, rue Dufferin. Cette dernière sera appelée à être démoli vers le mois décembre, lorsque l’équipe emménagera dans ses nouveaux locaux.

Les propriétaires de la seule clinique mixte dans la région — c’est-à-dire qui s’occupe des petits animaux et des animaux de la ferme tels que les chevaux et les vaches — songeaient depuis longtemps à ce projet.

À force d’agrandir par l’intérieur, le bâtiment est devenu de moins en moins fonctionnel et adapté. La partie pour les gros animaux est d’ailleurs aménagée dans ce qui était auparavant une ancienne maison.

« Le côté des gros animaux était trop grand. Les besoins étaient mal répartis, donc on les a réévalués », explique Noémie Dubé, vétérinaire et copropriétaire de la clinique depuis un an et demi.

En effet, les cinq vétérinaires attitrés aux soins des animaux de la ferme opèrent surtout sur la route. La majorité de la nouvelle structure sera ainsi consacrée aux petits animaux.

Nouveautés

Les propriétaires ont donc décidé d’ajouter deux nouvelles salles de consultation : elles passeront ainsi de trois à cinq. L’une d’entre elles donnera accès à une sortie d’oxygène pour les animaux en détresse respiratoire.

« Souvent, ce sont les locaux qui nous manquent pour recevoir les animaux et leurs maîtres. Parfois, on a un vétérinaire de libre, mais on doit refuser des clients par manque de locaux », rapporte Dre Dubé.

Une pensée spéciale a été accordée pour les animaux qui seront euthanasiés puisqu’une salle de deuil sera ajoutée.

« L’ambiance sera différente des autres salles et on aura une porte d’accès pour sortir directement à l’extérieur pour éviter que le client ait à passer devant les autres à la réception », souligne Dre Dubé.

Une salle de dentisterie fera aussi son apparition pour notamment effectuer des radiographies dentaires.

Le confort des clients a aussi été revu. La salle de réception sera donc plus vaste afin de faciliter la circulation de l’animal et de son maître. Elle sera intégrée à une grande boutique offrant plus de choix aux clients qui viendront faire un tour.

« On voulait vraiment que quand les gens viennent en clinique, qu’ils puissent avoir des conseils pour les soins vétérinaires par des personnes qui ont des diplômes. Donc, l’avantage d’une boutique vétérinaire c’est que quand ils ont des inquiétudes par rapport à leur animal, c’est des techniciens en santé animale qui leur répond », souligne celle qui travaille à la clinique depuis 2003.

Noémie Dubé a d’abord entamé sa carrière à la clinique durant ses études pour finalement être engagée comme vétérinaire en 2008.

« J’adorais la clientèle et la clinique. Je me suis mise à aimer l’équipe et la médecine qui était faite ici. Tout s’est fait de façon naturelle », lance la Granbyenne.

Confort

Par ailleurs, le côté droit de la clinique sera dédié aux gros animaux. On y trouvera les deux réceptionnistes qui accueilleront les clients pour la vente de médicaments et qui s’affaireront à diriger les vétérinaires vers les cas dont ils doivent s’occuper.

Le chenil et la chatterie seront désormais plus éloignés l’un de l’autre afin d’éliminer le plus possible les facteurs de stress.

« Tout est pensé pour diminuer le stress des chiens et des chats. Dans la clinique actuellement, ils sont seulement séparés par un mur. Donc, si un chien jappe, les chats l’entendent », explique Dre Dubé.

Petite douceur pour les plus gros chiens : le plancher des grandes cages sera chauffé pour leur confort et ils pourront sortir à l’extérieur grâce à l’aménagement d’un enclos.

Le chenil accueille les chiens en pension, ceux qui ont subi une chirurgie ou qui sont hospitalisés.

De son côté, la chatterie accueillera de nouvelles cages dans lesquelles on y trouve une aire de jeu. Une grande fenêtre permettra aux chats de grimper sur celle-ci pour voir dehors.

« Les chats ont besoin d’être stimulés et parfois les chats d’extérieur qui ont besoin d’être hospitalités trouvent ça bien difficile [de ne pas avoir accès au grand air] », mentionne Dre Dubé.

Toutes ces nouveautés sont sans compter les autres divisions comme le laboratoire, la pharmacie, le local contagieux et l’entrepôt qui seront mieux adaptés.

Optimisation

La clinique est ouverte 7 jours sur 7. Et hors de question pour l’équipe de faire attendre les animaux qui ont besoin de soins.


«  Souvent, ce sont les locaux qui nous manquent pour recevoir les animaux et leurs maîtres. Parfois, on a un vétérinaire de libre, mais on doit refuser des clients par manque de locaux.  »
Dre Noémie Dubé

« Quand le téléphone sonne et que les réceptionnistes sont occupées, tout le monde peut répondre au téléphone. Si une question plus précise est posée à la réceptionniste, elle redirige l’appel à un technicien à l’arrière », précise Dre Dubé.

À ce sujet, le système téléphonique sera revu pour hausser le nombre de lignes disponibles.

À l’extérieur, le nombre de stationnements pour les clients passera de sept à 20.

Les bureaux administratifs seront situés au deuxième étage, tout comme la cafétéria, qui a été pensée pour pouvoir voir la réception au rez-de-chaussée.

« Si les employés voient qu’il y a un rush, ils vont pouvoir venir donner un coup de main », indique Dre Dubé.

« Comme on n’avait pas besoin de toute la superficie au deuxième étage en arrière, on a fait une terrasse sur le toit pour les employés », poursuit-elle en soulignant que le bien-être des employés lui tient à cœur.

D’ailleurs, ce projet est visiblement très motivant pour la trentaine d’employés.

« Ils continuent de travailler et voient l’évolution. Ça fait longtemps qu’on en parle, mais là c’est vrai », ajoute Noémie Dubé.

Dre Dubé assure que la clinique ne sera pas fermée le temps du déménagement en décembre.

« On risque de déménager les soirs et les fins de semaine. [...]. Ce sera un beau cadeau de Noël. »