Un registre sera tenu le 30 octobre dans deux zones dans le cadre du changement de zonage pour permettre l’implantation­ d’un nouvel hôtel à Granby, a-t-il été annoncé lors de la séance du conseil municipal.

Nouvel hôtel à Granby: un registre sera ouvert

Les propriétaires de deux zones visées par le changement de zonage pour permettre à une nouvelle chaîne hôtelière de s’implanter à Granby pourront signer un registre le 30 octobre prochain afin de demander la tenue d’un référendum sur ce projet. Mais les hôteliers déjà en place, à l’origine du mouvement de contestation, n’ont pas l’intention de poursuivre leurs démarches de mobilisation.

« On va garder un œil sur le dossier, mais on doit mettre nos efforts ailleurs », a laissé tomber la directrice des ventes et marketing à l’Hôtel Castel, Marie-Joëlle Bourdeau, lundi, au terme de la séance du conseil municipal à laquelle quelques hôteliers ont assisté.

Mme Bourdeau affirme que leurs ardeurs ont récemment été refroidies par un commentaire qu’aurait formulé le maire Pascal Bonin à un hôtelier, au sujet d’une possible utilisation de la loi 122. Celle-ci permet aux Villes d’abandonner complètement les référendums à condition de se doter d’une politique de participation publique.

Lundi soir, le maire Bonin a toutefois assuré que les démarches de changement de zonage en cours pour permettre les hôtels d’une hauteur maximale de six étages dans le secteur commercial ciblé suivront la procédure habituelle, c’est-à-dire que si un nombre suffisant de signatures est recueilli à l’étape du registre, un référendum de secteur pourra être tenu.

« On est à des mois et des mois de la loi 122. [...] On doit d’abord adopter une politique citoyenne avant de pouvoir l’appliquer », a-t-il précisé aux médias.

Peu d’écoute

Marie-Joëlle Bourdeau croit néanmoins que les hôteliers en place ont peu d’écoute à la Ville. Ils ont fait valoir à quelques reprises que les besoins sont insuffisants pour un nouvel hôtel à Granby, alors que 335 unités d’hébergement sont déjà offertes dans six hôtels et motels.

« Il n’y a pas de considération au niveau des informations qu’on leur a partagées et de notre réalité [...] On sent, et [le maire] le verbalise dans tous les médias, qu’il veut aller jusqu’au bout et faire le changement de zonage », dit-elle.

Dans les circonstances, les hôteliers entendent mettre leurs énergies ailleurs. Un travail est entre autres effectué avec Commerce Tourisme Granby région pour développer le tourisme d’affaires, cite Mme Bourdeau.

La semaine dernière, les propriétaires de l’Hôtel le Castel, du Saint-Christophe Hôtel Boutique & Spa, de l’EconoLodge, du Motel Granby, du Motel Bon Soir et du Motel Les Pins s’étaient malgré tout lancés dans une course contre la montre pour obtenir le nombre suffisant de signatures afin de déposer une requête pour qu’un registre, et ultimement un référendum, soit tenu.

Et leur mobilisation a porté ses fruits, du moins en partie. Un nombre plus élevé de zones (incluant les zones contiguës) est visé par le changement de zonage, mais deux d’entre elles ont obtenu suffisamment de signatures pour atteindre l’étape suivante, soit celle du registre, qui se tiendra le 30 octobre à l’hôtel de ville de 9 h à 19 h. Ces zones sont situées au sud de la rue Principale, entre le boulevard David-Bouchard et la rue Martin, selon Joannie Meunier, assistante greffière à la Ville.

« Une première »

Le maire Pascal Bonin a cependant dit trouver la situation actuelle « particulière », au terme de la séance du conseil municipal. « Des commerçants d’un domaine qui tentent de bloquer l’arrivée d’un autre joueur, c’est une première », a-t-il laissé tomber.

« Est-ce que je comprends la sensibilité ? Oui. Mais on n’arrêtera pas. Imaginez si un restaurant Bâton Rouge, par exemple, veut venir à Granby, mais que les autres restaurateurs tentent de le bloquer... », ajoute-t-il.

Le maire croit que, dans les circonstances, les hôteliers devraient consacrer leurs efforts à se préparer à la venue d’un nouveau joueur, plutôt qu’à tenter de bloquer le projet. « C’est la triste réalité. Ils vont avoir un concurrent un jour ou l’autre », dit-il.

La clientèle industrielle serait particulièrement visée, selon le maire.

Le nom du Groupe Robin, déjà propriétaire de trois Holiday Inn Express & Suites, dont celui de Saint-Hyacinthe, a circulé comme étant à l’origine du changement de zonage en cours. Mais si le groupe souhaite bien ouvrir un quatrième hôtel, le directeur du marketing et des communications, Charles Côté, n’a pas voulu confirmer à La Voix de l’Est si Granby est dans la liste des sites à l’étude.