Les deux initiateurs du projet Pittstop Vélo-Café, Jean-Michel Lalande et Jean-Sébastien Pitt

Nouvel arrêt pour les cyclistes à Bromont

De passions naissent bien des idées. C’est le cas de Jean-Michel Lalande et Jean-Sébastien Pitt. Les deux associés font le saut dans le monde des affaires en lançant Pittstop Vélo-Café, qui jumelle une boutique ainsi qu’un atelier à une aire de détente où l’on servira des mets « à la fois simples et santé ». Le projet verra le jour dans l’ancien restaurant italien Baffetto de Roma, en bordure du boulevard de Bromont.

Jean-Michel et Jean-Sébastien se sont connus en dévalant les pentes sur leurs bécanes à Bromont. Il était tout naturel pour eux de lancer leur projet dans cette municipalité qui se positionne comme « ville vélo ». « C’est indéniable que Bromont est une destination très populaire pour le vélo. Autant pour la descente que pour rouler sur la route. Il y a aussi tout un réseau de pistes. Sans compter le Centre national de cyclisme qui a plein de projets. C’est une ville dynamique et c’est ce qu’on recherche », a indiqué Jean-Michel en entrevue. 

L’idée derrière ce Pittstop Vélo-Café a germé en 2016. Les deux amis ont alors laissé leurs emplois pour partir en voyage. Une aventure d’un an qui les a menés aux quatre coins du globe. Ils ont notamment sillonné la Nouvelle-Zélande, plusieurs pays d’Asie, l’Australie et l’Ouest canadien. « Ça nous a permis de voir ce qui se fait en terme de magasins de vélo dans le monde. On a pris beaucoup d’idées en Australie. Là-bas, le vélo-café est un concept indissociable, a mentionné Jean-Michel. Quand on est revenus au Québec, on s’est concentré sur la façon de lancer un projet chez nous. »

Expérience

Bien que Bromont semble toute désignée pour accueillir leur commerce, les deux entrepreneurs ont trimé dur pour dénicher le meilleur endroit pour lancer le projet. Après quelques approches infructueuses, le duo a trouvé la « perle rare ». « On aurait pu partir de zéro sur un terrain. Mais la facture grimpait rapidement. Alors, le restaurant était vraiment la meilleure option. On aura une visibilité assurée, tant pour le café que pour le volet vélo », a fait valoir Jean-Michel.

Mais n’allez pas croire que le tandem fait le saut dans l’inconnu. « Le vélo, on en mange. Il faut aimer ce que tu fais. On a aussi une bonne base pour se lancer en affaires. Jean-Sébastien a travaillé durant près de 10 ans chez Cycles Marinoni à Terrebonne. Il a un gros bagage comme mécanicien de vélo, mais aussi en ce qui concerne tout l’aspect manufacturier. De mon côté, j’ai travaillé chez Desjardins en gestion », a résumé Jean-Michel.

Outre la vente de vélos de route et de montagne, le commerce offrira un service de location. « On aura une belle flotte de démos », a lancé le jeune entrepreneur. La réparation de suspensions spécialisées est aussi au programme. En ce qui concerne le volet café, le menu n’est pas encore arrêté. Les associés souhaitent également obtenir un permis d’alcool. « On ne veut pas devenir un bar, a précisé Jean-Michel. Mais les gens pourront prendre une bière après la journée de vélo. »

Si tout se déroule comme prévu, le tandem sera officiellement propriétaire de l’immeuble à la fin février. L’aménagement du bâtiment devrait commencer en mars. L’ouverture est à l’agenda en juin.