Le bâtiment suivra les courbes du vélodrome intérieur.

Nouvel appui de 250 000 $ au projet de vélodrome couvert de Bromont

Près de 30 ans jour pour jour après la démolition de l’ovale de Montréal, l’équipe qui pilote le projet du vélodrome intérieur Sylvan Adams, jumelé au Centre multisports Desjardins à Bromont vient de dévoiler les plans de la future bâtisse. Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, ce fut également l’occasion d’annoncer une contribution financière de 250 000 $ sur cinq ans du Groupe AFFI Logistique.

C’est avec grand enthousiasme que le directeur général du Centre national de cyclisme de Bromont, Nicolas Legault, a mis en lumière les points forts de l’architecture du futur centre d’entraînement. 

« C’est un bâtiment qui suit vraiment les courbes du vélodrome. Il y aura aussi un bel effet de communauté, car tout sera regroupé au centre. [...] Dès l’entrée, on verra le dynamisme de l’activité à l’intérieur de la piste. » 

Ainsi, l’ovale, dont la structure provient des Jeux olympiques d’Atlanta de 1996, sera surélevé d’un peu plus de trois mètres afin que les usagers aient une meilleure perspective. Outre le vélodrome, on retrouvera dans le Centre multisports Desjardins une piste de BMX, une zone de course à pied et une aire pour pratiquer diverses disciplines (pickleball, badminton et autres). Une portion de l’immeuble sera également dédié au trampoline et à l’entraînement sur vélo stationnaire.

À l’entrée, les bureaux feront face à la piste. Le bâtiment comportera aussi d’abondantes sections vitrées, tant à l’intérieur qu’au niveau de la façade. Comme l’avaient prévu Nicolas Legault et ses collègues, le bois a été intégré en plusieurs endroits dans la structure du vaste complexe. Il s’agit pour le moment d’esquisses préliminaires, réalisées par la firme maskoutaine ABCP Architecture. Les plans finaux seront dévoilés en janvier. La construction devrait être lancée en avril 2020 et doit s’échelonner sur 14 mois.

On voit ici une perspective de l’entrée du Centre multisports Desjardins.

Vers le fil d’arrivée

Le défi est de taille: amasser 16 millions de dollars pour assurer la pérennité du seul vélodrome au Québec. L’objectif est plus que jamais en voie de se concrétiser, notamment grâce à l’apport des gens d’ici, a souligné en point de presse le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

« Les Bromontois sont des gens impliqués, des gens qui veulent faire partie de l’action, des décisions. Des gens qui se mobilisent quand ils ont à cœur un projet. [...] Et nous voilà près du fil d’arrivée. »

Rappelons que Québec avait initialement attribué 4,5 millions de dollars au projet, via le ministère de l’Éducation. Le gouvernement provincial a ensuite monté la barre à environ 6,5 millions de dollars de subventions en août. De plus, à l’instar de l’homme d’affaires Sylvan Adams, la municipalité de Bromont appuie le projet à hauteur de 2 millions. À cela s’ajoute le million de Desjardins, issu du Fonds de 100 millions dédié à des initiatives régionales.

Le grand patron du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, était d’ailleurs présent à l’événement, mercredi. « Quand j’ai la chance, le privilège, de pouvoir participer à un événement où je peux toucher réellement un projet qu’on va concrètement aider chez Desjardins, ça me rend extrêmement fier », a-t-il mentionné aux gens rassemblés au Centre national. 

Le DG du Centre national de cyclisme de Bromont, Nicolas Legault

Paracyclisme

L’entraîneur chevronné sur route, piste et paracyclisme Éric Van Den Eynde, affilié au CNCB, a été l’un des initiateurs du rapatriement du vélodrome d’Atlanta à Bromont au tournant des années 2000. C’est avec grande fierté qu’il voit le projet atteindre un autre niveau, notamment pour les athlètes ayant des limitations physiques.

« Ce qui est important pour les gens qui ont un handicap, c’est qu’il faut aller les chercher. Il faut s’impliquer physiquement. Avec le nouveau centre, on pourra tester leurs limites, multiplier les entraînements. C’est un endroit très important pour les athlètes paralympiques. »

C’est d’ailleurs cet ADN singulier qui a pesé dans la balance pour que Groupe AFFI Logistique soutienne le projet. « Ce qui nous a convaincus de devenir partenaires, c’est l’importance accordée à l’accessibilité pour les personnes handicapées, a indiqué le président-directeur général de l’entreprise, Daniel Perreault. [Comme employeur], avec ce projet, nous pourrons leur faciliter l’accès à la pratique du sport. »