Avec l’ouverture annoncée en juin de Motion parc évolutif, Édith Cabana, Jim Lebel, Patrick St-Laurent et Virginie Cadorette sautent dans le monde de l’entrepreneuriat­.

Nouveau parc récréatif à Granby

Un nouveau parc récréatif intérieur, réunissant des modules de parkour, des structures de Ninja Warrior ainsi que des jeux interactifs géants, ouvrira ses portes en juin à Granby. Un concept unique, selon un des copropriétaires, Patrick St-Laurent.

Les installations de Motion parc évolutif, qui emploieront de 10 à 15 personnes, se déploieront dans le secteur des Galeries de Granby, dans les locaux jadis occupés par Bain Dépôt et Décors Véronneau, réunis en une vaste surface pour cette nouvelle entreprise.   

C’est pour combler un besoin dans ce créneau que Patrick St-Laurent, Virginie Cadorette, Édith Cabana et Jim Lebel ont décidé de sauter à pieds joints dans le monde de l’entrepreneuriat. « Un peu partout au Québec, il y a des centres de trampoline qui ont poussé. On était obligé de faire 45 minutes de route pour y aller. Mais Granby est une belle ville et il y a moyen de faire quelque chose ici », a lancé M. St-Laurent, mardi à l’occasion d’un point de presse. 

Celui-ci a décidé de combiner son expérience acquise en gestion dans le secteur de l’aéronautique et sa passion des sports pour développer le concept de Motion parc évolutif. Il se distingue des centres de trampoline par la combinaison de ses structures qui misent notamment sur l’engouement croissant pour le parkour (discipline sportive qui consiste à franchir des obstacles urbains ou naturels) et la popularité de l’émission américaine Ninja Warrior. 

« Les parcs de trampoline offrent parfois des structures de Ninja Warrior, mais pas toujours de parkour. Les jeux interactifs commencent aussi [à être populaires] », dit Patrick St-Laurent. 

Ados et sportifs   

Les quatre associés affirment vouloir faire « bouger les jeunes ». Leur clientèle cible : les 10 à 21 ans. Mais les sportifs aguerris y trouveront aussi leur compte. Une fosse avec des cubes de mousse permettra par exemple aux skieurs et planchistes de pratiquer les figures qu’ils exécutent sur les pentes. Les fêtes d’anniversaire et la clientèle corporative seront également visées. 

Patrick St-Laurent souhaite que l’endroit soit animé (avec DJ à l’œuvre) et rassembleur, particulièrement pour les ados. La technologie sera utilisée à bon escient, dit-il, par exemple avec la diffusion de vidéos tournées sur place qui pourront être partagées sur les réseaux sociaux, pour les inciter à venir bouger au parc. 

Qui sait, Motion parc évolutif pourrait aussi devenir la nouvelle destination des adolescents et de leurs parents. Ils pourront se lancer des défis mutuels dans les structures de Ninja Warrior et ainsi créer de nouveaux liens, avance Patrick St-Laurent. 

Fruit d’un partenariat avec Lü Aire de jeux interactives, l’endroit sera par ailleurs le deuxième centre au Québec à accueillir des jeux vidéos interactifs géants qui nécessitent l’utilisation d’un ballon.    

Partenaires

Plutôt que d’y aller avec une formule clé en main qui aurait coûté trois fois plus cher, Motion parc évolutif a préféré travailler avec des partenaires locaux, dont Show Devant et D-Motik, pour la conception de ses modules et structures, a souligné Patrick St-Laurent. Le cascadeur québécois Marc-André Brisebois veillera à l’aspect sécuritaire des lieux.   

L’endroit, qui pourra recevoir des compétitions, sera « modulable » avec différents degrés de difficultés afin de s’adapter, au cours d’une même journée, à la clientèle du moment. Il pourra aussi évoluer au fil des ans, selon les tendances en matière d’activités récréatives. 

L’ouverture de Motion parc évolutif nécessite un investissement de 500 000 $. Entrepreneuriat Haute-Yamaska, Commerce Tourisme Granby et région (CTGR), Desjardins et le Centre d’aide aux entreprises ont accompagné les entrepreneurs au cours des derniers mois. 

Le directeur général de CTGR, Sylvain Gervais, croit que l’endroit saura sûrement attirer une clientèle d’ailleurs. Son concept innovateur permettra aux visiteurs de bonifier leur séjour dans la région, fait-il valoir. 

Le maire de Granby, Pascal Bonin, salue pour sa part la « nouvelle génération d’entrepreneurs », âgés de 30, 40 ans, de plus en plus active à Granby.

Patrick St-Laurent et ses associés, à la recherche d’employés (entraîneurs, accueil et DJ), n’excluent pas d’exporter leur concept dans d’autres régions québécoises, s’il devait être couronné de succès à Granby.