«C’est une séance qu’on appelle ordinaire, mais dans des circonstances plutôt extraordinaires», a commenté le maire Pascal Bonin, lors de la séance du conseil tenue à huis clos.
«C’est une séance qu’on appelle ordinaire, mais dans des circonstances plutôt extraordinaires», a commenté le maire Pascal Bonin, lors de la séance du conseil tenue à huis clos.

Nouveau mea-culpa du maire Bonin

« C’est une séance qu’on appelle ordinaire, mais dans des circonstances plutôt extraordinaires », c’est en ces mots que le maire de Granby Pascal Bonin a ouvert lundi soir la séance du conseil municipal tenue, de façon exceptionnelle, à huis clos en raison de la pandémie de COVID-19.

Celle-ci n’a d’ailleurs pas empêché celui qui présidait sa première séance après qu’une dépression majeure l’ait tenu à l’écart de l’hôtel de ville durant quatre mois de faire à nouveau son mea-culpa aux membres du conseil municipal, mais publiquement cette fois-ci. Lors d’une présence éclair à une séance du conseil le mois dernier, Pascal Bonin avait formulé des critiques acerbes à leur endroit.

Comme il l’a fait la semaine dernière en entrevue à La Voix de l’Est, le maire s’est dit « extrêmement désolé » d’avoir blessé le maire suppléant Robert Riel, ainsi que sa famille. Même chose pour le conseiller Robert Vincent. 

M. Bonin avait entre autres invité les élus, de même que les salariés de la municipalité, à se rappeler qu’ils sont « au service du citoyen, et non celui de la Ville ou le vôtre ou celui de l’administration ».

« C’est ce que vous faites depuis le début du mandat et, hors de tout doute, depuis mon retour. La population s’attend à ce qu’on travaille en équipe et, honnêtement, on est toute une équipe. Merci de passer l’éponge. C’est très apprécié. En ces temps difficiles, on a un conseil municipal extrêmement uni. Je tiens à le dire. On avait passé une épreuve avant. Ça nous a rendus plus forts », a déclaré le maire à l’ensemble des élus. 

« Je sais que le moment était mal choisi ce soir étant donné les circonstances, mais je tenais à le faire », a outre ajouté Pascal Bonin en faisant allusion à ces aveux. 

Huis clos

Diffusée en direct sur le site web de la Ville, ainsi que sur les ondes de MAtv, la séance s’est déroulée en présence uniquement de journalistes. 

Les citoyens avaient été invités à acheminer leurs questions par le biais de l’adresse courriel questions@granby.ca. Trois d’entre eux l’ont fait. Le maire a profité de la période de questions à la fin de la séance pour y répondre.

Pascal Bonin a par ailleurs effectué un retour sur les différentes actions mises de l’avant au cours des derniers jours pour respecter la stratégie nationale qui vise à freiner la propagation du coronavirus, dont la fermeture de l’ensemble des installations et établissements gérés par la Ville. 

Les services municipaux sont maintenus par le biais des plateformes web. Il est aussi possible de joindre l’administration municipale par téléphone, selon les heures d’accueil habituelles. 

Le maire a à nouveau invité les citoyens à être disciplinés. « Les communautés les plus disciplinées seront probablement, pour moi, dans les prochaines semaines, les plus en sécurité. On dit souvent qu’en Haute-Yamaska, on est tissé serré, c’est une belle occasion de le démontrer », a-t-il affirmé. 

Les conseillers municipaux Stéphane Giard et Robert Vincent étaient absents. Le premier est en isolement préventif, tandis que le second a des symptômes qui s’apparentent à un rhume ou une grippe, a-t-il été mentionné en début de séance.