C’est animé d’un sentiment de fierté et d’enthousiasme que le député de Granby, ministre des Transports et responsable de l’Estrie, François Bonnardel, a souligné le coup d’envoi officiel des travaux.

Nouveau CHSLD à Granby: le compte à rebours est lancé

C’est dans le tintamarre de la machinerie lourde que le coup d’envoi officiel des travaux du nouveau CHSLD de Granby a eu lieu, lundi. Le décompte de 20 mois avant l’ouverture de l’immeuble de six étages, qui regroupera 176 places, est ainsi amorcé. Le CIUSSS de l’Estrie maintient donc son objectif d’accueillir les premiers résidents à la fin de 2020.

Animé d’un sentiment de fierté et d’enthousiasme, le député de Granby, ministre des Transports et responsable de l’Estrie, François Bonnardel, s’est présenté au micro. « On peut tous se dire enfin ! a-t-il lancé. [...] Granby en avait besoin depuis tant d’années. »

Le vétéran de la CAQ a profité de l’occasion pour remercier au passage le gouvernement précédent, principalement l’ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette, d’avoir été sensible à ce dossier impératif pour la région. « J’ai gratté, gratté à son bureau maintes et maintes fois pour lui dire à quel point les besoins étaient immenses en soins de longue durée à Granby. Ce fut long, ardu, mais il nous a écoutés. » « Lorsqu’on est tenaces et qu’on le fait pour les bonnes raisons, on finit toujours par le réaliser », a renchéri le président-directeur général­ adjoint du CIUSSS de l’Estrie, Dr Stéphane Tremblay.

Le projet permettra d’ajouter 56 places, alors que les patients du Centre Leclerc, sis à même l’hôpital de Granby situé tout près, y seront transférés. Idem pour une partie des résidents des CHSLD Horace-Boivin (Waterloo) et Vittie-­Desjardins. « Ce n’est pas seulement la vie des résidents du [nouveau] CHSLD que nous allons changer avec le projet, a mentionné le Dr Tremblay. Il faut aussi le voir comme le début d’un changement pour le centre hospitalier de Granby. »

L’endroit ne sera pas seulement doté d’un plus grand nombre de chambres et de salles de bains privées. Des salons accueilleront également les familles des résidents, qui seront regroupés selon leur profil de santé.

Maquette du futur CHSLD

Logistique

Rappelons que la Fondation Horace-Boivin a obtenu le contrat du futur CHSLD. L’organisme sans but lucratif travaille de concert avec l’entreprise Longer dans le dossier. Cette dernière s’occupera du volet construction du centre d’hébergement de plus de 13 000 mètres carrés, tandis que son partenaire verra à la gestion. Un bail de 15 ans liera le CHSLD au CIUSSS à raison d’un loyer annuel avoisinant les six millions de dollars. 

En ce qui concerne la logistique, les élus de Granby ont convenu que la rue Laurier sera fermée entre le boulevard Leclerc et la rue La Fontaine durant les travaux de construction du nouveau CHSLD, qui sera érigé sur le site de l’ancienne église St-Joseph. Le lieu de culte est tombé sous le pic des démolisseurs en juillet 2017 en raison de sa vétusté. Étant donné l’ampleur du projet et le nombre requis de cases de stationnement, la Fondation Horace-Boivin a dû acheter trois maisons dans ce tronçon. Celles-ci seront rasées à la fin des travaux, car deux d’entre elles servent de quartier général pendant le vaste chantier, a indiqué le président de la Fondation, Marc Breton.

Le défi du recrutement

Étant conscient des répercussions de la pénurie de main-d’œuvre dans le réseau de la santé, François Bonnardel a concédé que le recrutement de personnel sera un des principaux défis d’ici l’ouverture du centre d’hébergement. « Ce fut très difficile au cours des quatre dernières années. Une gestion adéquate, une capacité d’attirer de nouvelles infirmières à entrer dans le système. On n’a qu’à le voir, au Cégep de Granby, la cohorte a baissé de 50 %, a-t-il fait valoir en mêlée de presse. Alors, on a beaucoup de travail au cours des prochaines années pour ramener un sentiment de fierté chez ces gens qui travaillent dans le réseau de la santé. Au-delà de construire, ça nous prend des employés. C’est le défi que ma collègue à la santé, Danielle McCann, s’est donné. »

La directrice des programmes de soutien à l’autonomie des personnes âgées du CIUSSS de l’Estrie, Sylvie Moreau, abonde dans le même sens. « On doit amorcer une réflexion, avec les syndicats, pour faire le virage afin d’éviter l’exode des effectifs qui travaillent déjà dans la région vers le nouvel établissement, en plus de recruter des infirmières et des préposés aux bénéficiaires (PAB) », a-t-elle mentionné en entrevue.

Parmi les pistes de solution, Mme Moreault a évoqué le recrutement de main-d’œuvre à l’étranger ainsi que le rappel de retraités. Les aides de service seront davantage mises à contribution, notamment lors des repas, pour soutenir les PAB dans leurs tâches, a cité en exemple Mme Moreault. « Il faut l’admettre, c’est tout un défi que nous allons relever. »