Dans la foulée de l'internationalisation de la norme anticorruption, la Ville de Granby a confié un mandat à une firme externe qui veillera à effectuer une analyse des écarts entre les processus d'acquisition de biens et de services déjà en place et ceux recommandés par la norme ISO 37 001.

Norme anticorruption: Granby ISO 37 001?

Dans la foulée de l'internationalisation de la norme anticorruption, la Ville de Granby a confié un mandat à une firme externe qui veillera à effectuer une analyse des écarts entre les processus d'acquisition de biens et de services déjà en place et ceux recommandés par la norme ISO 37 001.
« On veut savoir si ce qu'on fait présentement ressemble à ce qu'ils voudraient qu'on fasse », a expliqué le conseiller municipal et maire suppléant, Jocelyn Dupuis, au terme de la dernière séance du conseil municipal. 
Un mandat a ainsi été confié à la firme Lévesque Stratégies et Affaires publiques de Québec, au coût de 21 500 $. « Il s'agit de la première étape à réaliser avant de décider si nous continuons les démarches en vue de recevoir l'accréditation. Par la suite, le conseil pourra décider de poursuivre ou non », est-il souligné dans le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie. « Il va y avoir d'autres coûts si on décide d'aller jusqu'au bout », souligne M. Dupuis. 
Cette norme vise à établir un système de management anticorruption et offre des outils pour aider les organismes à prévenir, détecter et traiter les problèmes de corruption. Granby n'est pas la seule à s'y intéresser. D'autres municipalités ont entrepris des démarches semblables pour mesurer les écarts qui existent entre ce qu'elles font présentement et ce que la norme prévoit. 
« Parce que nous considérons important pour la Ville de maintenir son rôle de leader et d'être proactive en matière de lutte contre la corruption, il allait de soi d'aller de l'avant et de franchir cette première étape visant à mesurer l'étendue des travaux requis pour entreprendre l'implantation et l'accréditation ISO 37 001 », a déclaré par voie de communiqué le directeur général de la Ville, Michel Pinault. 
Celui-ci souligne que la Ville de Granby a déjà mis sur pied un comité interne dont l'objectif est d'analyser toute question touchant à la gestion contractuelle. Ce comité est né en 2012 à la suite de la parution du rapport de Jacques Duchesneau de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).