NON aux pipelines d'Enbridge et de Keystone XL !

Le 6 décembre 2014, vous avez publié mon opinion sur la visite de Jim Prentice, P.M. de l'Alberta venu nous vendre son pétrole sale et son pipeline Ouest-Est. Les congressistes (députés U.S.A.) et les sénateurs américains républicains veulent la construction immédiate du pipeline XL de l'Alberta vers le Texas et vont voter le 8 janvier ou plus tard. Tous veulent plus de pétrole à transformer aux «States» à leur profit.
Si Jim a lu La Presse du 6 janvier, il a vu le prix du baril de brut à 50,04 $ US. Ses compagnies albertaines doivent obtenir au moins70 $ US le baril pour être rentables.
Arrêtons les investissements et disons adieu aux royautés versées à l'Alberta. Cette dernière s'appauvrit malgré ses promesses de décembre. On ne doit pas construire de pipeline de l'Alberta vers Cacouna ou le Nouveau-Brunswick.
Je disais à la fin de mon texte du 6 décembre 2014: «Pourquoi extraire aujourd'hui à peu de profit ce pétrole pour enrichir les compagnies et les USA», il faut se rendre compte que le profit n'est plus là.
Pourquoi le docteur Couillard encouragerait-il l'extraction du pétrole du golfe du Saint-Laurent dans un tel contexte? Rappelons que c'est ce pétrole très polluant qui a fait brûler Lac Mégantic, et que nous, Québécois, payons la grosse facture du nettoyage et de la reconstruction. Il y a d'autres alternatives pour le Québec.
Si Jim, les députés et sénateurs républicains lancent la construction du pipeline K.XL, c'est qu'ils voient à très court terme pour l'élection présidentielle de novembre 2016. Avec cette stratégie, ils pensent gagner, mais courent à leur perte.
À la Bourse de New-York, ce lundi 5 janvier 2015, la chute du prix du baril à50,04 $ US en raison des inquiétudes sur l'abondance de l'offre (+4%) et la baisse de la demande mondiale (-2%) provoque la hausse dudollar américain, mais en même temps plombe l'économie surtout européenne.
Même nos banques canadiennes écopent, la Banque Nationale a perdu 4,9% de la valeur de son action (Voir La Presse, 6 janv. cahier Affaires page 2). Les républicains électoralistes ne voient pas que l'Arabie Saoudite et ses voisins vont maintenir à la baisse le prix du brut. Les compagnies pétrolières vont voir dégringoler leurs profits et arrêter les investissements.
L'année 2015, et peut-être 2016, vont être à l'avantage des consommateurs québécois (sauf le tourisme vers l'étranger, car le dollar canadien recule), mais au désavantage de l'économie mondiale à moyen terme.
Une crise économique se prépare si nos dirigeants continuent à sabrer dans les dépenses et à pratiquer la théorie républicaine capitaliste de désengagement de l'État des programmes sociaux. Bonne année 2015 malgré tout.
 
Jean R. Petit
Granby