Entre l'ombre et la lumière, Noctambule donne une vision bien différente du Zoo de Granby.

Noctambule: le Zoo revisité

Entre l'ombre et la lumière, Noctambule donne une vision bien différente du Zoo de Granby. La nouvelle animation multimédia met en valeur l'architecture que les visiteurs remarquent peu en journée et montre sous un nouvel éclairage les animaux de l'Asie ainsi que l'attraction Dinozoo.
Mandaté à la fin de l'hiver dernier pour concevoir la nouvelle attraction automnale, l'homme de théâtre Martin Gougeon a voulu proposer une immersion dans ces deux univers. Si quelques petits ajustements sont à faire, le mandat est réussi, surtout que les délais étaient très courts, dit-il. 
« On a mis ça en branle à partir d'avril pour trouver un concept, des idées. On est parti d'une page blanche. On joue beaucoup avec l'ombre et la lumière. On met en lumière les animaux, mais en même temps on montre l'ombre derrière la lumière, comme la déforestation. On l'évoque dans le parcours de façon subtile. On est très fier, il y a des belles stations avec de la vidéo et des humains. Je trouve ça le fun. »
Huit biologistes du parc zoologique informent les visiteurs et quatre comédiens s'assurent de l'animation. Si les habitats sont éclairés par une lumière bleutée rappelant la lueur de la lune, les sentiers le sont de plusieurs couleurs et les éléments architecturaux sont réellement mis en valeur. C'est notamment le cas de l'arche de la réserve naturelle de Wolong et ses deux sculptures, de la maison des pandas roux ou encore du nouveau dojo d'origami repeint en blanc pour les besoins de la cause. 
Dans ce dojo, une comédienne raconte une histoire touchante à propos d'une enfant d'Hiroshima atteinte de leucémie et qui concevait des grues en origami. Les grues qui seront créées par l'animatrice tout au long de l'automne devraient être envoyées à Hiroshima. C'est du moins le souhait du concepteur. 
Juste à côté, l'illumination du carrousel du tigre dépend à 100 % de la participation du public.
Le géodôme a de son côté été transformé - le grand-duc d'Europe a été déménagé temporairement - et fait maintenant référence au soleil levant, symbole du Japon. À l'intérieur de cette pièce de résistance, un écran présente une vidéo créée à partir d'images d'animaux d'Asie captés au Zoo de Granby.
Respect des animaux
L'équipe de Martin Gougeon a surtout travaillé dans la section de l'Asie et en collaboration étroite avec le Zoo. Avant de poser un éclairage dans un habitat, une autorisation était nécessaire.
« On l'a toujours fait de façon respectueuse pour l'espèce animale, explique Benoit Chabot, directeur du développement des affaires, toujours en lien avec notre mission du bien-être animal et de la conservation. Il y a quelques éléments lumineux dans les habitats pour qu'on puisse les admirer, mais sans les agresser. Il se pourrait que des soirs il y ait des animaux­ qu'on ne voit pas. »
« On aurait eu plus de difficultés à le faire dans la savane, en Afrique, parce que ce sont de grands espaces et il aurait été difficile d'éclairer de façon efficace les habitats. L'Asie est plus immersive, il y a plus d'arbres », fait-il également­ valoir.
Selon M. Chabot, Noctambule est un projet à 95 % granbyen. Une trentaine de personnes ont travaillé avec Martin Gougeon, une trentaine d'autres du côté du Zoo ont contribué au succès du projet.
Les deux hommes ne peuvent passer sous silence le travail de l'auteur-compositeur-interprète Christian Morrisette qui a dû composer avec de nombreuses contraintes.
Le concepteur et directeur artistique Martin Gougeon a par ailleurs intégré des éléments de sensibilisation à travers l'expérience nocturne comme des projections­ de textes au sol.
Pour pouvoir profiter de l'expérience multimédia, tous les continents du Zoo demeureront ouverts jusqu'à 19 h 30 en septembre et 18 h 30 en octobre. C'est à ces heures que Noctambule commencera chaque vendredi, samedi et dimanche. Un supplément est demandé pour ce volet à l'entrée.