Les automobilistes qui empruntent la route 112, à Granby, dans le secteur du magasin Au Grand Bazar, devront encore faire preuve d'un peu de patience. Les nids-de-poule devraient être colmatés par le MTQ d'ici la fin du mois, si la météo le permet.

Nids-de-poule route 112: encore un peu de patience

Les automobilistes qui empruntent la route 112, à Granby, dans le secteur du magasin Au Grand Bazar, doivent redoubler de vigilance pour éviter les nombreux nids-de-poule qui criblent la chaussée. Mais la situation devrait être corrigée par le ministère des Transports avant la fin du mois, si la météo le permet.
C'est du moins l'information qu'a récemment obtenue le directeur général de la Ville de Granby, Michel Pinault. Selon lui, l'administration municipale a fait des représentations auprès du ministère des Transports du Québec (MTQ) - cette portion de la rue Principale étant sous la responsabilité de celui-ci et non celle de la Ville - pour que la situation soit corrigée. 
Les nids-de-poule se font particulièrement abondants sur le segment de la route 112 compris entre la rue Roberval et la route 139. Et la chaussée est plus endommagée en direction est, soit pour les voitures qui se dirigent vers le centre-ville. Difficile en fait de circuler dans ce secteur sans devoir louvoyer entre les trous. La situation était la même l'année dernière, a déploré à La Voix de l'Est, David Laramée, un automobiliste qui emprunte quotidiennement la route 112. 
La Ville est bien au fait de l'état de la route puisqu'elle a reçu des appels d'automobilistes mécontents, confirme le directeur des travaux publics, François Méthot-Borduas. 
Couche d'usure
Le ministère des Transports sait aussi que la chaussée a besoin de réparations, bien qu'une seule plainte ait été déposée au ministère à ce sujet depuis le début de l'année, a relevé vendredi une porte-parole du MTQ, Nomba Daniel. 
Celle-ci n'était pas au courant des détails d'une possible opération colmatage de nids-de-poule à court terme. Mais elle a fait valoir que des travaux d'asphaltage, l'application d'une « couche d'usure » plus précisément, figurent dans la programmation des travaux routiers 2017-2019. 
La valeur de ces travaux est estimée entre 1 et 5 millions $, selon le document du MTQ. 
Impossible toutefois de savoir de façon plus précise quand ce projet sera réalisé d'ici 2019. Aucun échéancier n'a encore été établi, dit la porte-parole.