Mylène Gaudreau

Mylène Gaudreau, candidate libérale dans Iberville

Investie le 29 août dernier, Mylène Gaudreau portera les couleurs du Parti libéral du Québec dans la circonscription d’Iberville. La jeune femme, férue de politique, souhaite mettre ses connaissances et ses compétences au service de ses concitoyens.

Le visage de la mère de famille de 31 ans vous est peut-être familier : avant de travailler en relations publiques et en politique, elle a notamment été enseignante suppléante aux commissions scolaires du Val-des-Cerfs et Eastern Townships il y a quelques années. « [Or], être enseignant, c’est une vocation. Ce n’était pas pour moi, reconnaît la principale intéressée. Mais ça m’a permis d’aller explorer une passion pour la politique qui était jusqu’alors embryonnaire. »

Les choses se sont ensuite enchaînées. Après avoir mis les pieds à l’Assemblée nationale comme stagiaire, Mme Gaudreau a été embauchée comme attachée politique de Robert Poëti, puis comme attachée de presse des ministres Geoffrey Kelley (Affaires autochtones) et David Heurtel (Développement durable, environnement et lutte aux changements climatiques).

C’est donc dire que la candidate connaît bien les rouages de l’appareil politique, dans lequel elle évolue depuis près d’une dizaine d’années. « Pour moi, [être députée] c’est la suite logique de mon cheminement », dit-elle d’ailleurs.

Mylène Gaudreau jure qu’elle n’est pas seulement « une photo sur une pancarte ». « Je ne vais pas là par opportunisme politique, je me lance parce que je veux vraiment m’impliquer, parce que je veux vraiment améliorer le quotidien des citoyens de ma circonscription », assure-t-elle.

« On m’a demandé de m’impliquer auprès de certaines causes après l’élection, et je m’engage à le faire. »

Pour les familles et les travailleurs

Si elle devenait députée d’Iberville, la résidente de Saint-Jean-sur-Richelieu souhaiterait venir en aide aux familles. « Déjà, les engagements qu’on a pris [NDLR : le Parti libéral du Québec] pour offrir les soins dentaires gratuitement aux enfants et pour offrir une meilleure allocation aux parents vont aider le quotidien des familles », énumère Mme Gaudreau.

« J’aimerais aussi qu’on leur donne plus de temps à passer ensemble », ajoute-t-elle ensuite, faisant référence aux heures perdues sur les routes.

« Les gens vont s’établir en région, mais certains continuent de travailler à Montréal. C’est le cas de mon conjoint, alors je sais ce que c’est ! »

La candidate souhaite également trouver des solutions, de concert avec les producteurs agricoles, afin d’aider ceux-ci à attirer et retenir de la main-d’œuvre. « C’est l’enjeu qui est ressorti le plus quand je suis allée à leur rencontre », note la libérale, qui veut aussi revoir la taxe foncière agricole pour alléger leur fardeau fiscal.

Le manque de travailleurs se faisant aussi ressentir dans d’autres industries, Mme Gaudreau souhaite épauler les MRC pour qu’elles parviennent également à combler les besoins des entreprises de leur territoire, notamment via une stratégie nationale où 135 millions de dollars seraient investis.

Enjeux locaux

Ce ne sont pas toutes les municipalités d’Iberville qui sont dotées d’une bibliothèque publique, a constaté la candidate. 

Elle souhaiterait aider les villes à maintenir ou à se doter de ce lieu qui, à ses yeux, « n’est pas qu’un endroit pour emprunter des livres ». 

« C’est un endroit où les enfants peuvent apprendre et évoluer, où les aînés peuvent briser leur solitude, où tous, jeunes et moins jeunes, peuvent trouver leur compte », croit-elle.

L’accessibilité à un service Internet haute vitesse la préoccupe aussi. « Tout le monde au Québec, en 2018, devrait avoir un accès fonctionnel, surtout que de plus en plus de personnes font du télétravail », allègue la candidate.