En véritable bête de scène qu'elle est, Marie-Mai a rocké Cowansville à fond. En première partie, la chanteuse Lulu Hughes a repris quelques succès rock des années 1960 et 1970.

musique en vue Marie-Mai embrase Cowansville

C'était LE gros show de la 23e édition de Musique en vue, hier soir, avec Marie-Mai. Et en véritable bête de scène qu'elle est, elle a rocké Cowansville à fond.
Il était environ 21h45 lorsque « la plus grande rockeuse populaire de la décennie » est débarquée sur la scène principale de Musique en vue. Et juste avec le set-up qui avait été installé, on se doutait bien que ça allait être gros et intense. Un drum au deuxième étage, des projections multimédias... rien n'était trop beau pour Marie-Mai... et ses fans fidèles depuis 10 ans, thème, d'ailleurs, de ce spectacle. La rockeuse a brisé la glace avec Conscience, extrait de son plus récent album, M. Ont suivi Qui prendra ma place, Mentir et C'est moi. Elle aura continué à enfiler les succès, ponctués de nouveautés et de quelques reprises, dont No woman No cry, mais heure de tombée oblige, La Voix de l'Est ne peut vous servir le compte-rendu du reste de la soirée.
Lulu Hughes
On ne va pas se le cacher, c'était Marie-Mai que les quelque 7000 spectateurs présents hier soir, sinon plus, attendaient impatiemment. Ils ont quand même été une bonne foule pour Lulu Hughes en première partie, qui le leur a bien rendu. Il s'agissait du premier spectacle qu'elle donnait au Québec depuis son retour d'Allemagne, où elle réside depuis quelques années après y avoir rencontré l'amour, et elle était en forme.
La tornade blonde ne s'est pas cassé le bicycle pour son show : elle a repris ses coups de coeur des plus grands du rock, des chansons qu'elle avait envie de chanter, des tounes qui ont meublé sa jeunesse, un peu comme elle l'avait fait sur son album Lulu Hughes& the Montreal All City Big Band, en 2010. « En attendant de faire des nouvelles chansons », a assuré la rockeuse.
Tous les détails dans notre édition de samedi