La première mouture de MusArt a attiré plus d'une centaine d'invités à Sutton samedi soir.

MusArt chic et coloré

Le tout premier MusArt de Sutton aura connu un beau succès pour la résidence culturelle D’arts et de rêves. Plus d’une centaine de personnes ont pris part à cette première soirée aussi originale que chic, organisée pour permettre à l’organisme de se financer.

MusArt se veut une première pierre dans le développement du futur de l’organisme.

«Ce n’est pas notre première activité de financement, mais c’est la première fois que nous organisons un événement sous ce format», précise la fondatrice et présidente de l’organisme, Nicole Côté.

Fondé en 2015, D’arts et de rêves a décidé de faire les choses en grand pour ce premier événement.

Dans dans le décor champêtre du parc culturel de Sutton, les gens présents ont été invités à explorer l’univers de l'organisme divisés en  trois volets:  les arts du cirque, les arts visuels et la création littéraire.

Avant de pouvoir entrer sur le site, les visiteurs étaient accueillis par une actrice interprétant une excentrique dame du début du siècle dernier annonçant l’arrivée de chacun à la criée.

Sur place  au courant de la soirée, artistes de cirque, peintres et écrivains ont démontré leur talent. L'acteur Robert Toupin, de son côté, jouait le rôle de maître de cérémonie.

Pour Nicole Côté et son équipe, l’objectif était double, sinon triple.

«Les profits de la soirée serviront à couvrir les dépenses courantes de l’organisme, mais on veut aussi en profiter pour trouver des commanditaires pour le projet que nous chérissons de rénover notre résidence pour y accueillir des artistes de cirque», précise-t-elle.

Un encan silencieux et un autre à la criée étaient également au programme. Le président d’honneur de MusArt, le peintre Marc Séguin, a lui-même remis une œuvre pour ce deuxième encan.

Nicole Côté espérait que la soirée rapporte 20 000$ à son organisme, en plus d’intéresser de nouveaux partenaires à prendre part au projet de rénovation qu’elle aimerait lancer en 2020. Projet évalué à 900 000$. Moins d’un an après avoir commencé à solliciter son réseau, D'arts et de rêves avait déjà trouvé des appuis pour 190 000$.

La soirée MusArt devrait devenir une tradition annuelle, souligne Mme Côté.