La mosaïque inspirée des enluminures médiévales sera retirée du bâtiment abritant les bureaux de la MRC de la Haute-Yamaska, rue Dufferin.
La mosaïque inspirée des enluminures médiévales sera retirée du bâtiment abritant les bureaux de la MRC de la Haute-Yamaska, rue Dufferin.

Murale d’Alfred Pellan: l'oeuvre pourrait être retirée d’une pièce

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Démantèlera, démantèlera pas ? La Ville de Granby jongle toujours avec ces deux options quant à la murale conçue par l’artiste Alfred Pellan qui orne, pour encore quelques mois, l’édifice de la MRC de la Haute-Yamaska, rue Dufferin.

La mosaïque représentant un clerc et inspirée des enluminures médiévales sera retirée, car le bâtiment est voué à être démoli, puis reconstruit. La Ville de Granby a d’abord indiqué qu’un retrait en morceaux s’imposait, avant de se raviser.

À LIRE AUSSI: L’immeuble abritant la MRC de la Haute-Yamaska sera démoli

Il n’est maintenant pas exclu que l’œuvre installée en 1958, et qui a souffert du passage du temps, soit conservée d’une seule pièce avant d’être restaurée puis aménagée ailleurs. Une procédure toutefois périlleuse, indique le directeur général Michel Pinault.

« On veut l’enlever d’un seul morceau, mais il y a un risque avec la façon dont ç’a été construit, dit-il. C’est de la céramique collée sur du béton collé sur du bois installé sur un mur de béton épais. »

Un expert consulté par la Ville a suggéré de la démanteler en 50 morceaux. À la recommandation de la Société d’histoire de la Haute-Yamaska, toutefois, Granby s’engage à envisager l’autre option avec le soutien du Centre de conservation du Québec.

« On sera sous peu en communication avec eux, dit M. Pinault. Ils nous ont déjà aidés avec la restauration de la fontaine Wallace du parc Isabelle. Ils ont des experts, mais on ne les avait pas consultés. Peut-être qu’on va en arriver à une solution concluante. »

Nouvel emplacement

Granby ignore toujours où l’œuvre atterrira. Chose certaine, ce ne sera pas au nouvel édifice de la MRC, rappelle le DG : elle est trop imposante et ne cadrera pas, d’un point de vue architectural, avec le futur bâtiment.

L’édifice, situé au 142, rue Dufferin, était au départ l’école catholique irlandaise Saint-Patrick avant d’accueillir les bureaux de la commission scolaire, puis ceux de la MRC. Sa murale, conçue par Alfred Pellan, a toutefois été réalisée par l’artiste Claude Théberge.