Les pompiers sont intervenus à l’aréna Jacques-Chagnon, à Waterloo, dimanche matin.

Multiples interventions des pompiers de Waterloo

Six personnes ont été prises en charge par les paramédicaux, dimanche matin, après avoir manifesté des symptômes provoqués par du monoxyde de carbone, à l’aréna Jacques-­Chagnon, à Waterloo.

« Il y a eu une défectuosité à l’aréna. On regarde si ça provient de la zamboni ou du chauffage, faisait savoir en début d’après-midi le directeur du Service de sécurité incendie de Waterloo, Patrick Gallagher. Les responsables ont procédé à une lecture avec un détecteur à l’intérieur de l’aréna. »

Ils ont détecté un taux anormal de monoxyde de carbone, ce qui a été confirmé un peu plus tard par les pompiers. L’aréna a rapidement été évacué. Environ 200 personnes étaient alors sur place.

« On leur a expliqué ce qui se passait ainsi que les signes et symptômes du malaise causé par le monoxyde de carbone. J’ai cinq joueurs enfants et un adulte qui sont venus nous voir pour avoir un examen de la part des premiers répondants. Étant donné le nombre de personnes, on a demandé l’assistance des paramédicaux. » Trois ambulances les ont transportés à l’hôpital de Granby.

Un avertisseur de fumée sauve une famille

Samedi matin, vers 9 h 30, l’avertisseur de fumée est entré en fonction dans une résidence de la rue Robert, à Stukely-Sud. « Tout le monde dormait. Il y avait deux adolescents, un enfant et leur mère, explique M. Gallagher. L’avertisseur a alerté l’enfant, qui a réveillé sa mère. Elle a constaté que le feu était pris dans la chambre des ados. Ils dormaient encore tous les deux. Elle les a tirés hors de la chambre. L’avertisseur de fumée a sauvé des vies. »

L’incendie a été confiné à l’intérieur grâce au travail des sapeurs de Waterloo, Lac-Brome et Eastman.

Il est probable que l’incendie ait été provoqué par une chandelle, qui servait de moyen auxiliaire d’éclairage à cause de la tempête.

Depuis vendredi matin, jusqu’à dimanche à 13 h 30, les pompiers de Waterloo avaient réalisé 58 interventions. Les sinistrés pouvaient profiter de la caserne pour se réchauffer, se doucher et prendre un café, mais devaient appeler le 450 539-2246 avant de se présenter.