En passant au palier rouge ce jeudi, l’Estrie entraînera dans son sillage Ange-Gardien et Saint-Paul-d’Abbotsford. Ce faisant, le dernier tiers de la MRC de Rouville à se trouver dans l’orange bascule lui aussi au niveau d’alerte maximale.
En passant au palier rouge ce jeudi, l’Estrie entraînera dans son sillage Ange-Gardien et Saint-Paul-d’Abbotsford. Ce faisant, le dernier tiers de la MRC de Rouville à se trouver dans l’orange bascule lui aussi au niveau d’alerte maximale.

MRC de Rouville: passer au rouge en trois temps

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
En passant au palier rouge ce jeudi, l’Estrie entraînera dans son sillage Ange-Gardien et Saint-Paul-d’Abbotsford. Ce faisant, le dernier tiers de la MRC de Rouville à se trouver dans l’orange bascule lui aussi au niveau d’alerte maximale.

Rappelons que le 28 septembre dernier, les villes et municipalités appartenant à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) ont été parmi les premières à se retrouver en zone rouge, là où les restrictions sont les plus sévères. Deux des huit municipalités de Rouville, à savoir Richelieu et Saint-Mathias-sur-Richelieu, en faisaient partie.

Puis, avec le passage de la Montérégie en zone rouge, à la mi-octobre, quatre autres municipalités de la MRC, Saint-Césaire, Sainte-Angèle-de-Monnoir, Rougemont et Marieville sont passées au niveau d’alerte maximale.

Étant donné qu’elles étaient rattachées à l’Estrie via les centres de services de La Pommeraie et de la Haute-Yamaska en ce qui a trait aux soins de santé, Saint-Paul-d’Abbotsford et Ange-Gardien avaient jusqu’ici été épargnées.

«On se sentait privilégiés jusqu’à maintenant, commente le maire d’Ange-Gardien, Yvan Pinsonneault, à propos des semaines supplémentaires en zone orange dont ont pu bénéficier ses concitoyens. Il fallait bien s’attendre à ce que ça se termine.»

Son collègue de Saint-Paul-d’Abbotsford, Robert Vyncke, abonde en ce sens. «C’était à prévoir, dit-il. Il n’en demeure pas moins qu’on est très malheureux de cette situation, parce qu’il y a un écart significatif des règles du jeu entre les zones rouge et orange.»

Déjà, relèvent les deux élus, le passage en zone rouge aura des impacts économiques sur les entreprises locales, même si celles-ci s’étaient entre temps adaptées aux aléas de la pandémie, qui n’a pas frappé fort sur leur territoire.

À Saint-Paul-d’Abbotsford, par exemple, cela signifie que le Café des Récoltes, rue Principale, ne pourra plus accueillir sa clientèle en salle à manger. Le petit restaurant, situé au coeur du village, est au coeur du projet de revitalisation qui anime la municipalité et son maire. «C’est un petit moteur qu’on veut garder en marche, confie M. Vyncke. Ce n’est pas facile pour les deux propriétaires, qui avaient déjà accusé le coup en mars.

À Ange-Gardien, les restaurants étaient déjà en mesure d’effectuer de la livraison. Mais comme bon nombre de ces entreprises servaient aussi de relais à la sortie 55 de l’autoroute 10, les affaires risquent d’être plus tranquilles même s’il est possible d’y commander des repas à emporter.

À Ange-Gardien comme à Saint-Paul-d’Abbotsford, certaines activités de loisir et certains services généralement offerts en personne seront suspendus.

«Ça nous limite», déplore M. Vyncke, qui voit dans le passage en zone rouge des contraintes encadrant la démocratie municipale, notamment parce que des séances de consultation publique qui auraient pu être tenues à l’hôtel de ville devront être faites de manière virtuelle ou repoussées, ce qui pourrait retarder la réalisation de certains projets.

«Je tiens à ce que ces consultations aient lieu, indique-t-il. Mais de les tenir de manière virtuelle, pour moi, c’est loin de l’idéal parce que je souhaite que les échanges avec les citoyens se fassent comme il se doit et qu’ils puissent s’exprimer pleinement.»

«On prenait déjà beaucoup de précautions, mais on n’a pas le choix, mentionne Yvan Pinsonneault. Tout ce qu’on peut faire, maintenant, c’est de se serrer les coudes et continuer à faire des efforts afin que les restrictions durent le moins longtemps possible.»