Le directeur général de la MRC de Brome-Missisquoi, Robert Desmarais
Le directeur général de la MRC de Brome-Missisquoi, Robert Desmarais

MRC de Brome-Missisquoi: un budget légèrement à la hausse

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Les maires de Brome-Missisquoi miseront sur le développement économique de la région en 2018, comme en fait foi le budget adopté récemment pour la MRC, en hausse de 2,3 % par rapport à celui de cette année.

Le budget total se chiffre à 9 160 379 $, par rapport à 8 952 191 $ pour celui de 2017. L’inflation a un impact d’un peu moins de 70 000 $ sur l’augmentation du budget, a fait savoir le directeur général de la MRC de Brome-Missisquoi, Robert Desmarais. 

Au niveau de ses revenus, les quotes-parts des municipalités sont relativement stables avec une hausse de 1,8 %. La MRC a par ailleurs choisi d’affecter 753 981 $ de ses surplus pour boucler son budget, ce qui représente une augmentation de 81,7 % par rapport à l’an dernier.

Fait à noter, la richesse foncière uniformisée de la MRC a grimpé de près de 1,2 milliard de dollars en quatre ans — une hausse de 13 % —, passant de 8,29 milliards en 2014 à 9,42 milliards, selon les projections, pour 2018. Pour la dernière année, cette augmentation s’explique à environ 60 % par la construction de nouveaux bâtiments. La balance représente l’augmentation de la valeur foncière des constructions existantes.

Plan d’action

Une somme de 1,7 million de dollars sera réservée à différentes mesures destinées à favoriser le développement économique de la région, dont la part du lion sera affectée directement aux activités du CLD. Ce poste budgétaire sera garni en retranchant plus de 1,5 million de dollars dans les dépenses allouées pour l’administration et en pigeant près de 90 000 $ dans l’enveloppe de l’aménagement du territoire.

 « On attribuait déjà ces montants-là au développement économique, mais on les rentrait dans le poste de dépenses de l’administration et de l’aménagement du territoire », explique M. Desmarais.

Brome-Missisquoi allouera par ailleurs 40 000 $ pour lancer la révision de son schéma d’aménagement et de développement et 45 000 $ pour documenter les projets de développement du transport ferroviaire dans la région. 

« On veut vraiment regarder pour développer ce secteur-là, tant pour les trains de marchandises que les trains de passagers, explique M. Desmarais. On a plusieurs axes sur notre territoire et nous souhaitons en tirer le maximum d’avantages. »

Le lien ferroviaire, de même que le projet d’amener Internet haute vitesse aux quatre coins de la MRC, pour lequel une subvention devrait être annoncée d’ici trois semaines, sont autant d’éléments qui permettront à Brome-Missisquoi de devenir plus attrayante pour de nouveaux citoyens et, surtout, de nouveaux travailleurs.

D’ailleurs, la MRC compte investir 133 692 $ dans sa stratégie d’attraction de nouvelles populations, l’an prochain. Celle-ci englobera plusieurs aspects du tout nouveau plan stratégique élaboré par les maires. 

En ce sens, la subvention allouée par Québec pour l’immigration est bonifiée de 7500 $, pour atteindre 30 000 $ en 2018. Elle servira, entre autres, au recrutement de travailleurs étrangers localisés à l’extérieur des frontières de la MRC, un projet qui sera le fruit d’un partenariat avec l’organisme Solidarité ethnique régionale de la Yamaska.

Autres dépenses

Le coût d’opération des six écocentres de la région demeure stable à 20 $ la porte, pour un total de 680 280 $. 

La campagne de communication entourant la collecte des matières organiques, qui en est à sa première année, coûtera pour sa part 114 308 $. Le travail se poursuivra au niveau du Plan de gestion des eaux de surface, avec un investissement de 40 000 $.

La fin du programme Québec en forme amène aussi la fin d’une subvention provinciale dédiée à la promotion des saines habitudes de vie. En conséquence, le poste budgétaire de Jeunes en Mouvement Brome-Missisquoi fond pour atteindre 62 201 $ en 2018. La MRC poursuivra néanmoins ses activités dans ce secteur, à la hauteur de ses moyens. 

« Auparavant, on avait mis l’accent sur les aménagements favorables à la mobilité des citoyens, explique M. Desmarais. Notre plan stratégique compte des objectifs en matière de saines habitudes de vie, qui incluent l’activité physique et une alimentation saine. »

Une autre subvention, cette fois octroyée pour des projets de développement culturel, visera à mettre en valeur les différents paysages de la MRC.