Le technicien en prévention incendie à la MRC d’Acton, Sammy Bélanger, et le directeur du Service des incendies d’Acton Vale, Joël Perron, ont expliqué que les nouveaux équipements permettront de réaliser des sauvetages hors du réseau routier.

MRC d’Acton: les pompiers mieux équipés pour le sauvetage hors route

Les citoyens de la MRC d’Acton qui s’aventurent dans les sentiers pédestres ou équestres, sur la piste cyclable ou en forêt sont désormais mieux protégés s’il survient une urgence. Le service des incendies d’Acton est maintenant fin prêt à intervenir hors du réseau routier grâce à l’achat d’équipements spécialisés et de formations dispensées aux pompiers.

« Le sauvetage en milieu isolé, ça veut dire tout ce qui est hors réseau carrossable pour les paramédics. C’est pour les rendre au chevet de la victime de façon sécuritaire », explique Sammy Bélanger, technicien en prévention incendie à la MRC d’Acton.

Les secouristes pourront donc intervenir dans les endroits difficiles d’accès tels que les terrains en secteur boisé qui sont fréquentés par les chasseurs, les sentiers utilisés par les véhicules tout-terrain et les motoneigistes, et même le club de golf, pour ne nommer que ceux-là.

Le service des incendies d’Acton a été mandaté pour offrir ce service à l’ensemble des huit municipalités de la MRC. À l’heure actuelle, le service répond à ce type d’intervention de deux à trois fois annuellement, mais la demande sera assurément en hausse puisque le service sera offert à l’échelle régionale.

Une subvention de 90 000 $ du programme d’aide pour le sauvetage d’urgence en milieu isolé (SUMI) du ministère de la Sécurité publique a permis l’achat de différents équipements, dont un véhicule tout-terrain équipé de chenilles et de clous. « On est au Québec, donc on s’est préparé en conséquence », explique Joël Perron, directeur du Service des incendies d’Acton Vale.

Le véhicule permet à trois intervenants de se rendre auprès d’une victime. Trousse de premiers soins, cordage et équipements pour immobiliser un patient se trouvent notamment sur le véhicule.

« La grosse différence c’est que le paramédic est présent avec le service incendie lorsqu’on se rend à une victime. Et la victime est directement installée sur le même véhicule, donc la communication est plus facile », explique M. Perron.

Une remorque a aussi été acquise pour le transport du véhicule tout-terrain. Elle contient également le matériel nécessaire aux secouristes pour intervenir dans des secteurs escarpés, c’est-à-dire en inclinaison.

L’ensemble de la brigade valoise, composée de 28 pompiers, a été formée autant pour le sauvetage en milieu isolé que les interventions en terrain incliné. Les sapeurs se sont aussi exercés au travail en forêt, au transport d’une victime dans une civière de sauvetage (qui a l’apparence d’un panier) et la recherche en forêt, énumère M. Perron.

Des affiches seront également installées près des secteurs jugés hors sentiers où les pompiers sont susceptibles d’intervenir pour informer les usagers de la marche à suivre en cas d’urgence.

Les municipalités de la MRC se sont entendues pour partager les frais pour le maintien du service de sauvetage hors réseau routier, les coûts de réparation, le renouvellement des équipements et leur entretien. Les interventions seront quant à elles facturées à la pièce, c’est-à-dire chaque fois que le service sera requis.