De 2007 à 2017, la Sûreté du Québec n’a émis aucune contravention sur le territoire de la Ville de Cowansville pour des moteurs qui tournent au ralenti.

Moteurs qui tournent au ralenti: la SQ assure connaître le règlement

Les policiers de la Sûreté du Québec de la MRC de Brome-Missisquoi connaissent le règlement de la Ville de Cowansville sur les moteurs qui tournent au ralenti, assure la direction du corps policier. Le fait qu’ils n’aient jamais donné une contravention concernant ce règlement depuis 2007 pourrait s’expliquer de différentes façons.

Peut-être n’ont-ils jamais reçu de plaintes signalant un véhicule dont le moteur tournait au ralenti, suggère Aurélie Guindon, agente d’information à la SQ. Il est possible aussi que les policiers n’aient pas été témoins d’une telle situation, a-t-elle dit. L’autre possibilité est qu’ils sont intervenus auprès de conducteurs fautifs, mais qu’ils les ont avertis verbalement sans leur donner de constats d’infraction, a-t-elle indiqué par courriel.

Les explications de la SQ font suite au reportage de La Voix de l’Est le 14 juillet sur le fait que les corps policiers de Granby, Bromont et de la SQ appliquent peu les règlements municipaux sur les moteurs des véhicules qui marchent au ralenti.

Des données obtenues par la Loi d’accès à l’information démontrent que de 2007 à 2017 les policiers granbyens ont donné 27 contraventions à cet effet et ceux de Bromont 4. Les agents de la SQ en poste dans la MRC Brome-Missisquoi qui patrouillent dans la municipalité de Cowansville n’en ont signifié aucun durant cette période.

L’agente Guindon a invité les citoyens qui constatent une telle infraction à communiquer avec la SQ pour la signaler.

Mesures pour réduire les gaz à effet de serre
Si l’article 39 de son règlement 1822 sur les nuisances n’a pas permis de sévir contre des automobilistes qui laissent leur moteur tourner au ralenti, la Ville de Cowansville tente de son côté de limiter les émissions de gaz à effet de serre émis par ses véhicules.

La municipalité a équipé une douzaine de ses véhicules lourds datant de 2006 et plus d’un arrêt moteur, signale Sylvain Perreault, directeur des infrastructures et des immobilisations de la Ville.

La municipalité cherche également à installer des arrêts moteurs sur ses camionnettes et ses véhicules outils (pelle mécanique, paveuse, chenille, rouleau compacteur). Des produits ont été testés, mais ils ne répondaient pas aux besoins du service des travaux publics, a dit M. Perreault dans un courriel. Les recherches se poursuivent pour trouver les bons dispositifs.

La municipalité utilise aussi depuis quelques années une surfaceuse électrique au Pavillon des sports Roland-Désourdy, a souligné M. Perreault. La ville compte en plus neuf véhicules qui fonctionnent au propane.

M. Perreault n’a pu dire quelle économie de carburant était réalisée grâce à l’ensemble de ces mesures. « Elles sont très difficiles à comparer avec les années antérieures, étant donné que les travaux dans la ville sont différents d’une année à l’autre », a-t-il écrit. « De notre côté, on parle plus de réduction de gaz à effet de serre que d’économie de carburant. »