Les spectateurs ont eu droit à une quarantaine de prestations gratuites à l'ancienne église Notre-Dame.
Les spectateurs ont eu droit à une quarantaine de prestations gratuites à l'ancienne église Notre-Dame.

Mosaïque de talents

Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Il n'y avait pas de meilleur prétexte que les Journées de la culture pour rappeler la valeur culturelle de l'église Notre-Dame. Hier après-midi, un concert gratuit a réuni citoyens et artisans dans sa nef, à peine plus d'un an après sa fermeture.
L'instigatrice de l'événement, France Arbour, a réalisé l'exploit de rassembler une centaine de participants pour le spectacle, qui comptait plus d'une quarantaine de prestations de tous genres. Telle une mosaïque multicolore, arts du cirque, peinture, photographie, orchestre, chant, théâtre, poésie, musique et autres se sont succédé à l'intérieur ainsi que sur le parvis de l'église. «C'est bien agréable, indique la dame, car nous avons réuni des gens qui sont nés ici, qui vivent ici. Il y a des talents de chez nous qui ont réussi ailleurs dans le monde et qui ont connu une carrière exceptionnelle, et d'autres qui commencent.»
Quelques noms bien connus - Vanessa Borduas, Marimuz, Christian Morisset, Joanne Buisson, Jo-Ann Quérel, Benoît Chabot, Francine Poitras et Isabeau Corriveau, pour ne nommer que ceux-là - ont entre autres partagé leur art avec les dizaines de Granbyens venus à leur rencontre.
Les communautés culturelles de Granby faisaient aussi partie intégrante du spectacle. Ainsi, Meydi Isufi a interprété une chanson kosovare, MBaye Fall a récité le poème Mon Afrique de David Diop et Marius Mihai a joué une danse hongroise de Brahms au violon.
«Une icône de la ville»
Certains artistes invités par Mme Arbour n'ont pu être présents hier. On a cependant pu entendre des messages enregistrés par Martin Gougeon, Luc Senay, Marc Messier et Lorraine Pintal. Cette dernière a d'ailleurs plaidé pour la vocation culturelle du lieu.
Car l'événement était aussi une manière pour les artistes et les citoyens d'exprimer leur attachement à l'édifice plus que centenaire. «L'église, c'est une icône de la ville, a affirmé Vanessa Borduas, lors d'un court entretien avec La Voix de l'Est. Je pense que c'est une bonne idée de la transformer en salle de spectacle, car Granby se démarquerait. Il y a peu d'endroits où on a le privilège d'avoir un aussi beau lieu pour la culture.»
Pour en rappeler l'importance, Johanne Rochon, de la Société d'Histoire de la Haute-Yamaska, y est allée d'un historique de l'église avant d'en présenter, un peu plus tard, les trésors.
Le tout s'est conclu par une grande finale à l'orgue Casavant sous les doigts de Jean Wiedrick, qui a préalablement accompagné quelques artistes au piano.