L’arrivée de Suroît Propane à Cowansville a pris les dirigeants de la MRC par surprise.

Moratoire sur le propane dans Brome-Missisquoi

L’installation de nouveaux réservoirs de propane sera interdite pour au moins les trois prochains mois dans la MRC Brome-Missiquoi. Le conseil des maires vient d’adopter une mesure de contrôle intérimaire afin d’étudier la réglementation en place. Le cadre réglementaire sur l’utilisation du sol pour l’entreposage, la distribution et la vente de propane pourrait être rehaussé.

L’imposition de ce moratoire temporaire survient alors que la MRC et la municipalité de Brigham discutent depuis plusieurs mois avec deux entreprises gazières pour déplacer le terminal qu’elles opèrent près de la route 139. La MRC et la municipalité veulent éloigner ces infrastructures de la route ainsi que des maisons du secteur. Or, l’arrivée avant les Fêtes d’un distributeur de gaz propane à Cowansville a surpris les autorités. « On ne l’a pas vu venir », reconnaît Robert Desmarais, directeur général de la MRC.

La compagnie Suroît Propane a ouvert une succursale sur la rue Albert en décembre, sur un terrain attenant au parc industriel nord-ouest de la municipalité. Le bâtiment compte trois réservoirs de propane, dont un de 113 562 litres et un autre de 7579 litres. L’entreprise se spécialise dans la distribution de propane pour les secteurs résidentiel, commercial et agricole.

La MRC devait prendre un temps d’arrêt pour faire le point sur cette industrie, estime Nathalie Grimard, directrice adjointe du service de la gestion du territoire de la MRC. « On fait acte de prudence. On prend le temps qu’il faut pour mieux évaluer les risques et pour encadrer cette industrie. »

Au cours des prochains mois, l’équipe de la MRC effectuera des recherches pour notamment déterminer les distances adéquates à prévoir entre des réservoirs de propane et des bâtiments et les limites des volumes de réservoirs selon les bâtiments desservis, a énuméré Mme Grimard.

« Inutile et répulsif »
Le contrôle intérimaire décrété par la MRC est « inutile et répulsif », peste Marquis Grégoire. Le propriétaire et président de Suroît Propane y voit même une perte de temps. « On a la Régie du bâtiment qui s’occupe de ces questions. Je peux vous assurer que la réglementation en place est suffisante. C’est aberrant que la MRC s’en mêle. Elle est à côté de la plaque », insiste-t-il.

L’industrie gazière prend tous les aspects de sécurité de ses installations et activités très au sérieux, soutient M. Grégoire. « Nos installations sont ultra-sécuritaires. »

Le gaz propane est de plus en plus utilisé au Québec tant pour alimenter des bâtiments que comme carburant pour des véhicules, soutient M. Grégoire. Il y voit une alternative efficace aux produits pétroliers qui émettent des gaz à effet de serre. Malheureusement, dit-il, des municipalités se dressent devant les distributeurs qui cherchent à desservir leurs clients. « Les gens veulent tous avoir un service de distribution de propane, mais leurs municipalités disent non pour qu’on s’installe », déplore-t-il. « On n’est même pas capable d’avoir des autorisations pour construire des terminaux pour que les gens remplissent leurs véhicules. On est en train de faire régresser toute une industrie. »

Suroît Propane occupait jusqu’à l’an dernier des locaux sur la rue Principale à Bedford. L’entreprise a décidé de quitter la municipalité parce que le propriétaire de l’édifice allait commencer lui aussi à vendre du propane. Trouver un nouvel emplacement s’est avéré ardu, a confié l’homme d’affaires. « On a eu 17 municipalités qui nous ont dit non. Ça été un calvaire pour trouver un endroit. » L’entreprise a finalement déniché un terrain à Cowansville. « On a été très bien accueilli par Cowansville, de manière professionnelle », dit-il.

Le terrain choisi par Suroît Propane est propice aux activités qui s’y déroulent, assure Olivier Ricard, directeur du service de l’aménagement urbain et de l’environnement de la Ville. « Le zonage permet les activités commerciales et industrielles. C’est loin des résidences. C’est un beau projet qui en plus crée des emplois. »

M. Ricard voit cependant d’un bon œil que la MRC étudie les enjeux reliés aux risques de sécurité du propane. « Il y a une bonne réflexion à avoir pour qu’on ait une vision régionale. »