Après avoir multiplié les tirs de missiles de courte et moyenne portée ces derniers mois, Pyongyang a annoncé dimanche avoir réalisé un mystérieux «test très important» depuis sa base de lancement de satellites, censé changer le «statut stratégique» de la Corée du Nord.

Washington menace Pyongyang de conséquences en cas de «cadeau de Noël»

NATIONS UNIES — Les États-Unis ont mis en garde mercredi la Corée du Nord contre tout nouvel essai nucléaire ou de missile balistique intercontinental en fin d'année, tout en promettant de la souplesse si les négociations reprennent.

«La poursuite d'essais de missiles balistiques est profondément contre-productive», a affirmé l'ambassadrice américaine à l'ONU, Kelly Craft, lors d'une réunion du Conseil de sécurité convoquée par Washington, la deuxième sur la Corée du Nord en une semaine. La première réunion s'était tenue à huis clos à la demande des Européens.

La diplomate américaine a appelé Pyongyang à s'engager avec «courage» dans des négociations avec les États-Unis. À l'inverse, «nous devons tous au Conseil de sécurité être préparés à agir en conséquence», a-t-elle ajouté, en évoquant implicitement la possibilité de nouvelles sanctions internationales.

Selon des diplomates, le catalogue de mesures économiques possibles n'est pas épuisé. En 2017, à l'initiative des États-Unis, le Conseil de sécurité avait adopté trois séries de sanctions lourdes, concernant notamment des limitations d'importations de pétrole et des interdictions liées aux exportations nord-coréennes de charbon, de pêche et de textile.

La Corée du Nord a récemment promis un «cadeau de Noël» si les Américains ne changent pas d'approche avant la fin de l'année et si le statu quo devait se poursuivre.

Kelly Craft a rejeté tout calendrier. «Laissez-moi être claire : les États-Unis et le Conseil de sécurité ont un objectif - pas une échéance», a-t-elle dit, en rappelant la perspective souhaitée d'une dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Après avoir multiplié les tirs de missiles de courte et moyenne portée ces derniers mois, Pyongyang a annoncé dimanche avoir réalisé un mystérieux «test très important» depuis sa base de lancement de satellites, censé changer le «statut stratégique» du pays reclus d'Asie de l'Est.

«Pas trop tard»

Les États-Unis restent engagés en faveur d'une solution pacifique et «sont prêts à se montrer souples dans cette approche», a souligné Kelly Craft. «Nous ne pouvons agir seuls, la Corée du Nord doit prendre la décision difficile, mais courageuse de travailler avec nous», a-t-elle dit.

«Des essais nucléaires et de missiles» balistiques intercontinentaux «n'apporteront pas plus de sécurité à la Corée du Nord», a-t-elle insisté.

Au cours de la réunion, la Chine et la Russie ont une nouvelle fois réclamé un allégement des sanctions économiques pour engager une «dynamique positive».

«Il est impératif que le Conseil de sécurité revienne sur les sanctions afin d'alléger la souffrance humanitaire» du peuple nord-coréen et créer «un environnement propice au dialogue», a dit l'ambassadeur chinois, Zhang Jun.

«On ne peut se mettre d'accord s'il n'y a rien de proposé en échange», a abondé son homologue russe, Vassily Nebenzia.

La France et le Royaume-Uni ont souligné de leur côté que la dégradation de la situation humanitaire en Corée du Nord «incombait au régime» nord-coréen et ne venait pas de l'imposition des sanctions.

«Au lieu de consacrer l'essentiel de ses ressources au développement de programmes nucléaire et balistique et de menacer la paix internationale, les autorités de Pyongyang devraient plutôt nourrir leur population», a lancé l'ambassadeur français, Nicolas de Rivière.

«Nous devons rester lucides et vigilants», car «la Corée du Nord n'a pas cessé de poursuivre le développement de ses capacités nucléaires et balistiques», a-t-il martelé.

Le régime de sanctions sera maintenu tant qu'il n'y aura pas de «mesures concrètes» en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne, a ajouté son homologue britannique, Karen Pierce. «Il n'est pas trop tard», a-t-elle dit à l'intention de Pyongyang. «Vous pouvez empêcher la situation d'empirer».

Le représentant de la Corée du Sud, Cho Hyun, a «exhorté urgemment la Corée du Nord à s'acquitter de ses obligations et à rester pleinement engagée dans le dialogue».

Les négociations entre les États-Unis et la Corée du Nord sont dans l'impasse depuis l'échec d'un sommet à Hanoi en février entre les dirigeants américain et nord-coréen. Les États-Unis exigent que la Corée du Nord renonce d'emblée à tout son arsenal atomique, alors que cette dernière réclame une approche progressive prévoyant une levée rapide d'au moins une partie des sanctions internationales qui étranglent son économie.