Washington impose des tarifs sur les importations d’acier et d’aluminium

Les États-Unis imposeront des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium du Canada, du Mexique et de l’Union européenne dès minuit jeudi soir.

C’est le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, qui a confirmé le tout dans une conférence téléphonique avec les médias, jeudi matin.

Le Canada, le Mexique et l’Europe avaient été exemptés des droits d’importation de 25 pour cent sur l’acier et de 10 pour cent sur l’aluminium lorsqu’ils ont été imposés pour la première fois en mars, mais ces exemptions expireront vendredi.

Le secrétaire Ross a justifié l’imposition de tarifs au Canada et au Mexique en établissant un lien direct avec les pourparlers de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Il a soutenu que ces discussions prenaient « plus de temps que nous l’avions espéré » et qu’il n’y avait pas de résolution en vue.

Si le Canada et le Mexique choisissent d’adopter des mesures de rétorsion, cela n’affectera pas la capacité de poursuivre la renégociation de l’ALÉNA, a indiqué Wilbur Ross au téléphone.

Le premier ministre Justin Trudeau a indiqué jeudi matin qu’il s’adresserait aux médias un peu plus tard dans la journée.

Son secrétaire parlementaire aux relations canado-américaines, Andrew Leslie, a qualifié cette situation d’« inacceptable ».

« Totalement illogique »

Du côté de l’Assemblée nationale, jeudi matin, on a sévèrement critiqué cette mesure punitive, sans toutefois dire clairement quelle devrait être la riposte.

« C’est totalement illogique », a lâché le premier ministre Philippe Couillard.

« C’est une mauvaise décision pour les Américains. Ils viennent d’augmenter le coût de toute leur industrie manufacturière et de leur industrie de la défense », a-t-il regretté.

Sa ministre de l’Économie, Dominique Anglade, a promis que le gouvernement allait profiter d’une rencontre en marge du G7, lundi, pour « défendre bec et ongles les intérêts du Québec ».

Elle a semblé plutôt tiède à l’idée que le gouvernement fédéral contre-attaque en frappant lui aussi de tarifs les exportations américaines.

« C’est une escalade lorsqu’on commence à aller dans ce sens-là. Le Québec n’a jamais été favorable à l’idée de répondre (au) protectionnisme en faisant du protectionnisme », a-t-elle offert.

« Mais je pense qu’il y a un message aussi qu’on doit envoyer aux Américains », a enchaîné la ministre Anglade.

G7 tendu à l’horizon

La décision de l’administration Trump risque d’assombrir considérablement les discussions au sommet du G7 qui s’ouvre samedi prochain à La Malbaie, dans la région de Charlevoix.

Le président risque de se retrouver isolé, avec autour de lui les dirigeants du Canada, de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de l’Italie et les représentants de l’UE.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui est l’un des invités du G7, s’est dit « préoccupé » face à cette décision.

« L’UE estime que ces tarifs unilatéraux des États-Unis sont injustifiés et contraires aux règles de l’Organisation mondiale du commerce », a-t-il réagi par voie de communiqué.

« Ceci est du protectionnisme, purement et simplement », a tranché M. Juncker, disant avoir travaillé étroitement depuis des mois avec Washington pour tenter de régler l’enjeu de la surcapacité dans le secteur de l’acier.

Le premier ministre Justin Trudeau avait tenté un peu plus tôt cette semaine de sauver les meubles, faisant pression sur le vice-président américain Mike Pence.

Il s’était entretenu au téléphone avec ce dernier afin de le convaincre que Washington prolonge l’exemption accordée aux importations canadiennes d’aluminium et d’acier.

Le président de la France, Emmanuel Macron, avait mis les États-Unis en garde, mercredi, contre le déclenchement d’une guerre commerciale si des tarifs douaniers sont imposés à l’Europe.