Le Japon avait demandé à acquérir 63 F-35A (photo), la version traditionnelle de cet avion-chasseur bourré d’électronique destiné à la force aérienne, et 42 F-35B, la version à décollage court et atterrissage vertical destinée aux porte-avions.
Le Japon avait demandé à acquérir 63 F-35A (photo), la version traditionnelle de cet avion-chasseur bourré d’électronique destiné à la force aérienne, et 42 F-35B, la version à décollage court et atterrissage vertical destinée aux porte-avions.

Washington approuve la vente au Japon de 105 avions furtifs F-35

WASHINGTON — Les États-Unis ont annoncé jeudi avoir approuvé la vente de 105 avions furtifs F-35 au Japon, pour un montant estimé à 23,11 milliards $US (31,32 milliards $).

Le Japon avait demandé à acquérir 63 F-35A, la version traditionnelle de cet avion-chasseur bourré d’électronique destiné à la force aérienne, et 42 F-35B, la version à décollage court et atterrissage vertical destinée aux porte-avions, a rappelé le département d’État dans un communiqué.

La diplomatie américaine a décidé d’accorder son feu vert à cette transaction qui «renforcera la sécurité d’un allié majeur» dans la région Asie-Pacifique, note le communiqué.

«Il est dans l’intérêt vital des États-Unis d’aider le Japon à développer et maintenir une capacité d’autodéfense solide et efficace», ajoute le département d’État.

Face notamment à la modernisation rapide de l’armée chinoise, le Japon a décidé d’acquérir 105 F-35A au total au cours de la prochaine décennie, outre les 42 F35-B.

Le gouvernement japonais a approuvé fin 2018 un plan de défense quinquennal comprenant l’entrée dans l’arsenal de deux porte-avions, une première depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le budget de défense japonais 2020-2021 atteint le montant record de 50,3 milliards $US (68,2 milliards $), notamment pour financer l’achat de ces F-35 américains.