L’agence spatiale indienne ISRO prévoyait de lancer lundi à 2h51 locales sa mission Chandrayaan-2 depuis le pas de tir de Sriharikota, dans le sud-est de l’Inde. Le lancement a été annulée 56 minutes et 24 secondes avant l’heure prévue.

Une fuite à l’origine du report de la mission lunaire de l’Inde

NEW DELHI - Une fuite dans le moteur cryogénique de la fusée est à l’origine du report du lancement dans la nuit de dimanche à lundi de l’ambitieuse mission lunaire indienne, rapportait mardi la presse locale.

56 minutes et 24 secondes avant le lancement prévu à 02H51 locales lundi (21H21 GMT dimanche), l’agence spatiale indienne ISRO a annulé le tir de la mission Chandrayaan-2 pour un problème technique non précisé. Aucune nouvelle date de lancement n’a été annoncée pour le moment.

À LIRE AUSSI : À la dernière minute, l’Inde reporte le lancement de sa mission lunaire

L’expédition devait poser le 6 septembre un atterrisseur et un robot mobile au pôle sud de la Lune, situé à quelque 384.000 kilomètres de la Terre, et faire ainsi de l’Inde la quatrième nation à réussir à poser un appareil sur le satellite naturel.

Une fuite dans une bouteille d’hélium du moteur cryogénique de l’étage supérieur de la fusée indienne GSLV-MkIII, le plus puissant lanceur indien, développé localement, a causé ce report à la dernière minute, écrivait mardi le quotidien Times of India en citant des sources anonymes au sein de l’ISRO.

«Après avoir rempli l’oxygène liquide et l’hydrogène liquide, l’hélium était en train d’être rempli. La procédure est de faire monter la pression de la bouteille d’hélium jusqu’à 350 bars puis de réguler la puissance de sortie à 50 bars. Après avoir rempli l’hélium, nous avons découvert que la pression chutait, indiquant qu’il y avait une fuite», a déclaré un scientifique au journal.

«L’équipe doit localiser l’endroit exact de la fuite dans la bouteille de gaz; il pourrait y avoir plusieurs fuites», a poursuivi cette source.

Utilisée pour la première fois en 2017 pour un lancement d’un satellite, et une deuxième fois en 2018, la fusée GSLV-MkIII est l’aboutissement de décennies de travail d’ingénieurs indiens. Son moteur cryogénique lui donne une capacité de projection supérieure à celle des autres lanceurs de l’ISRO, lui permettant d’emporter jusqu’à quatre tonnes de chargement.

La technologie cryogénique (ou cryotechnique) repose sur l’association d’oxygène et d’hydrogène à l’état liquide. Leur combustion produit des gaz qui sont éjectés par la tuyère et assurent ainsi la propulsion. Ce type de moteur est notamment utilisé par Ariane 5.

«Nous avons eu de la chance que la mission ne soit pas entrée en phase de lancement automatique ou nous aurions tout perdu», a déclaré un responsable au journal Hindustan Times.

Selon la presse, les scientifiques de l’IRSO espèrent régler le problème assez vite pour pouvoir viser un lancement lors de la prochaine fenêtre possible de tir, qui est fin juillet.

Le lanceur GSLV-MkIII est crucial pour les ambitions du programme spatial indien, qui compte d’ici 2022 envoyer un équipage de trois astronautes dans l’espace, ce qui serait son premier vol habité.