Dimanche soir, la police américaine était toujours à la recherche de Travis Reinking, 29 ans, soupçonné d’avoir tué quatre personnes au fusil semi-automatique avant d’être désarmé par un client.

Un tireur à moitié nu fait 4 morts au Tennessee

WASHINGTON — La police américaine était à la recherche dimanche soir d’un homme de 29 ans soupçonné d’avoir tué au fusil semi-automatique quatre personnes et d’en avoir blessé deux autres dans un restaurant près de Nashville, avant d’être désarmé par un client et de s’enfuir, à moitié nu.

Le suspect, identifié comme Travis Reinking, souffrirait de troubles mentaux, selon la police du Tennessee.

Selon les autorités, il a utilisé un fusil semi-automatique de type AR-15. «Cela arrive trop souvent. Trop, c’est trop!» s’est exclamé le maire démocrate de Nashville, David Briley, en réclamant une «réforme globale de la législation sur les armes».

La fusillade a éclaté en pleine nuit, à 3h25, dans un restaurant de gaufres à Antioch, au sud-est de Nashville. Trois des victimes sont mortes sur le coup et une quatrième est décédée à l’hôpital, selon la police.

Désarmé par un «héros»

À l’intérieur du restaurant, l’assaillant a été neutralisé par un jeune homme du même âge que lui, qui a raconté son aventure lors d’une conférence de presse. Cet homme, James Shaw, est un «héros», ont affirmé le maire de la ville et le responsable local de la police.

L’intéressé a expliqué comment il avait vu l’assaillant tirer depuis l’extérieur à travers la vitre du restaurant.

Puis, au moment où le tireur s’est interrompu pour recharger son arme — ou bien lorsque l’arme s’est enrayée —, «je me suis décidé [à intervenir], parce qu’il n’y avait pas moyen de bloquer cette porte, et donc s’il parvenait [à rentrer], il allait me tuer», a raconté le jeune homme.

M. Shaw s’est alors précipité sur l’assaillant, l’a frappé avec la porte pivotante, puis s’est battu avec lui, a saisi son arme, qu’il a jetée par dessus le comptoir, et enfin l’a mis en fuite.

Au moment de l’attaque, il était quasi nu, vêtu seulement d’une veste verte.

En juillet 2017, il avait été interpellé pour s’être trouvé dans une zone réglementée près de la Maison-Blanche. Son port d’armes avait alors été révoqué et ses armes — dont son AR-15 — saisies.

Mais les autorités de l’Illinois avaient ensuite restitué les armes en question au père du jeune homme, «qui a reconnu les avoir rendues à son fils», selon le porte-parole de la police de Nashville, Don Aaron.