Ces armes de plastique échappent aux détecteurs de métaux.

Un juge empêche la publication des plans pour l’impression d’armes en 3D

Un juge américain a empêché l’administration de Donald Trump, lundi, de permettre à une entreprise texane de diffuser des instructions sur la fabrication d’armes à feu avec des imprimantes en 3D.

Le juge Robert Lasnik a ainsi convenu avec 19 États américains ainsi que le district de Columbia que l’accès à ces armes de plastique, qui échappent aux détecteurs de métaux et dont on ne peut suivre la trace, poserait un risque pour la sécurité.

Les États en question ont intenté une poursuite pour contester un accord que la Maison-Blanche avait conclu avec Defence Distributed, une entreprise établie à Austin, relativement à la publication des plans pour ces armes artisanales. Ils ont fait valoir que des criminels et même des terroristes pourraient mettre la main sur ces directives une fois publiées en ligne.

«C’est la nature indétectable de ces petites armes à feu qui présente un danger unique», a expliqué le juge Lasnik.

Le magistrat a prolongé l’injonction temporaire à cet effet et sa décision restera en vigueur jusqu’à ce que la cause soit jugée sur le fond. Il a souligné que Cody Wilson, le dirigeant de Defence Distributed, souhaitait rendre ces instructions accessibles aux citoyens pour que ceux-ci puissent s’armer sans avoir à se soucier de permis, de numéros de série et d’inscription à des registres.

«Dans la peur des citoyens»

M. Wilson a déjà dit que «les gouvernements devraient vivre dans la peur de leurs citoyens».

Un avocat du département de la Justice avait plaidé contre l’injonction en soulignant que la possession d’armes en plastique 3D est déjà interdite par la loi.

Les États derrière la poursuite sont ceux de Washington, Connecticut, Maryland, New Jersey, New York, l’Oregon, Californie, Colorado, Delaware, Hawaii, Illinois,  Iowa, Minnesota, Caroline du Nord, Rhode Island, Vermont, Virginie, Massachusetts, Pennsylvanie ainsi que le district de Columbia.