Un personnificateur du dirigeant Kim Jong-un prend la pose devant l'emblématique hôtel Marina Bay Sands de Singapour, cité-État d'Asie où devraient se rencontrer le leader nord-coréen et le président américain Donald Trump le 12 juin.

Sommet Kim/Trump: une délégation américaine s'entretient avec des Nord-Coréens

WASHINGTON — Washington a annoncé dimanche qu'une délégation américaine était engagée dans des discussions avec des responsables nord-coréens dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise les deux Corées afin de préparer le sommet tant attendu entre Donald Trump et Kim Jong-un.

«Nous continuons à préparer une rencontre entre le président [américain] et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un», a écrit la porte-parole du département d'État américain, Heather Nauert, dans un communiqué.

«Une délégation américaine s'entretient actuellement avec des responsables nord-coréens à Panmunjon», village de la DMZ, poursuit-elle. Donald Trump s'est montré optimiste quant au maintien de cette rencontre historique, prévue le 12 juin à Singapour, après avoir lui-même annoncé son annulation jeudi.

C'est dans ce même village de Panmunjon que le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen ont créé la surprise samedi avec leur rencontre non-annoncée.

«Kim Jong-un a remercié Moon Jae-in pour les grands efforts qu'il a faits en vue [de l'organisation] du sommet» entre la Corée du Nord et les États-Unis, et a «exprimé sa détermination» à tenir ce sommet «historique», selon l'agence officielle de presse nord-coréenne KCNA.

Depuis Washington, Donald Trump a encore samedi soir déclaré que les choses avançaient «très bien» et que l'objectif d'organiser le sommet le 12 juin à Singapour n'avait «pas changé».

Le président américain avait soudainement annulé jeudi ce sommet dont il avait lui-même accepté le principe en mars, citant «l'hostilité» de déclarations récentes de Pyongyang.

La réaction initiale de la Corée du Nord à cette annulation, rendue publique le jour même où Pyongyang déclarait avoir «complètement» démantelé son seul site connu d'essais nucléaires, a été plutôt mesurée.

Donald Trump avait d'ailleurs vendredi salué «la déclaration chaleureuse et productive de la Corée du Nord» en annonçant, dans un nouveau revirement spectaculaire, que ce sommet pourrait finalement bien se tenir le 12 juin.

Washington exige une «dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible» de la part du Nord.