Ce nouveau décès porte le nombre d'Américains morts en Afghanistan cette année à 20.

Soldat américain tué en Afghanistan: les talibans revendiquent l'attaque

KABOUL — Un militaire américain a été tué au combat lundi en Afghanistan, a indiqué l'armée américaine, sans fournir plus de détails, tandis que les talibans ont affirmé avoir placé une bombe en bord de route qui a tué un soldat américain dans le nord de la province de Kunduz.

Ce décès porte le nombre d'Américains morts en Afghanistan cette année à 20. Il y a également eu trois décès non liés au combat en 2019. Plus de 2400 Américains sont morts au cours de ce conflit depuis 18 ans.

Les talibans contrôlent ou exercent une influence sur pratiquement la moitié de l'Afghanistan, mais continuent de mener des attaques quasi quotidiennes contre les forces afghanes et américaines, ainsi que des responsables gouvernementaux — alors même qu'ils sont en pourparlers de paix avec un envoyé américain chargé de négocier la fin de ce qui est devenu la plus longue guerre de l'histoire américaine. Une multitude de civils afghans ont également été tués dans des tirs croisés ou par des bombes routières posées par des militants.

La déclaration des militaires américains de lundi n'a pas identifié le soldat mort ni indiqué où en Afghanistan il a été tué. L'armée a déclaré que, conformément à la politique du département américain de la Défense, les noms des militaires tués au combat sont gardés secrets pendant 24 heures, jusqu'à ce que la notification de la famille soit terminée.

Le mois dernier, deux militaires américains ont été tués en Afghanistan lorsque leur hélicoptère s'est écrasé dans l'est de la province de Logar. Les talibans ont également revendiqué la responsabilité de cet accident, affirmant qu'ils avaient abattu l'hélicoptère, faisant de nombreux morts. Selon l'armée américaine, cette revendication des talibans était fausse.

Peu de temps après la déclaration militaire américaine de lundi, le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid a tweeté que le soldat américain avait été tué dans le district de Chardara, dans le nord de la province de Kunduz, où les forces américaines et afghanes effectuaient un raid conjoint. Zabihullah Mujahid a déclaré que les insurgés avaient posé une bombe au bord de la route et c'est ce qui avait tué le militaire. Zabihullah Mujahid a même tweeté une prétendue photo d'identité du soldat américain tué, sans dire comment elle avait été obtenue.

L'armée américaine n'a pas voulu commenter immédiatement le tweet ou la revendication des talibans.

Les talibans ont une forte présence dans la province de Kunduz et contrôlent complètement plusieurs des districts de la province. La capitale de la province, la ville de Kunduz, est brièvement tombée aux mains des talibans en 2015, avant que les insurgés ne se retirent face à une offensive afghane soutenue par l'OTAN. La ville est un carrefour stratégique avec un accès facile à une grande partie du nord de l'Afghanistan ainsi qu'à Kaboul, la capitale du pays, à environ 335 kilomètres.

L'année suivante, en 2016, les talibans ont réussi à s'installer au centre-ville, levant brièvement leur drapeau avant d'être progressivement refoulés. En août de cette année, ils ont lancé une nouvelle tentative pour envahir la ville, mais ont également été repoussés.

L'envoyé de paix de Washington, Zalmay Khalilzad, essaie de conclure un accord avec les talibans depuis plus d'un an. Les États-Unis souhaitent que l'accord comprenne une promesse des talibans que l'Afghanistan ne sera pas utilisé comme base par un groupe terroriste.

Plus tôt ce mois-ci, Zalmay Khalilzad a rencontré des représentants talibans au Qatar, où les insurgés ont un bureau politique, alors que les pourparlers entre les deux parties ont repris après une interruption de trois mois réclamée par le président Donald Trump à la suite d'une vague particulièrement meurtrière d'attaques talibanes, notamment à Kaboul, incluant un attentat-suicide qui a tué un soldat américain.

La réunion du Qatar s'est concentrée sur l'obtention d'une promesse des talibans de réduire la violence, avec un cessez-le-feu permanent comme objectif final.

Zalmay Khalilzad essaie de jeter les bases d'une négociation entre les Afghans des deux côtés du conflit, mais les talibans refusent de parler directement avec le gouvernement de Kaboul.

Pendant ce temps, une bombe a explosé lundi matin lors des funérailles d'un ancien dans un village de l'est de la province de Laghman, tuant au moins trois civils et en blessant sept, selon Asadullah Dawlatzai, porte-parole du gouverneur de la province. Il a expliqué que l'explosion avait eu lieu dans le district de Dawlat Shah.

Personne n'a immédiatement revendiqué la responsabilité de l'attaque, mais le porte-parole a blâmé les talibans.