À Stockholm, l’émissaire nord-coréen Kim Myong Gil a imputé l’échec des discussions aux États-Unis, estimant que ces derniers n’apportaient «rien à la table des négociations».

Nucléaire: Pyongyang ne négociera pas si Washington maintient sa politique

SÉOUL — La Corée du Nord a lancé dimanche une nouvelle charge contre Washington, l’accusant de mener une «politique hostile», et a rejeté tout dialogue sur le nucléaire tant que les États-Unis ne changeraient pas d’«attitude», au lendemain de discussions sans résultat à Stockholm.

À l’issue d’une journée de consultations en Suède samedi, qui constituait la première tentative de dialogue après des mois d’impasse diplomatique et d’escalade militaire, les représentants américain et nord-coréen s’étaient séparés sans résultat.

Pyongyang n’a «pas d’intérêt pour la tenue de négociations aussi écœurantes que celles-ci tant que les États-Unis n’auront pas pris de mesures concrètes pour mettre un terme à leur politique hostile», a déclaré dimanche un porte-parole de la diplomatie nord-coréenne cité par l’agence officielle KCNA.

«Le sort du dialogue USA-Corée du Nord est entre les mains de Washington et la date limite est à la fin de l’année», a-t-il ajouté.

La veille à Stockholm, l’émissaire nord-coréen Kim Myong Gil avait imputé l’échec des discussions aux États-Unis, estimant que ces derniers n’apportaient «rien à la table des négociations». À l’inverse, Washington avait estimé que les discussions avaient été «bonnes», se disant prêt à les poursuivre et affirmant avoir accepté une invitation faite par les Suédois à reprendre les discussions dans deux semaines.

L’hypothèse d’une nouvelle rencontre est «infondée», a rétorqué dimanche un porte-parole nord-coréen.

Le dialogue entre les deux pays est au point mort depuis l’échec du sommet de Hanoi en février entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, et Pyongyang a multiplié les essais de missiles de courte portée ces derniers mois, dont le dernier en date mercredi dernier.