L’ancien tout-puissant de Hollywood Harvey Weinstein nie avoir agressé sexuellement qui que ce soit.

Nouvelles allégations contre Harvey Weinstein

NEW YORK — Le producteur hollywoodien déchu Harvey Weinstein fait face à une nouvelle allégation de viol, dans le cadre d’une poursuite en justice selon laquelle il aurait contribué à dissimuler ses inconduites sexuelles envers les femmes.

L’action judiciaire a été intentée à New York par trois femmes, dont une qui a déclaré que M. Weinstein l’avait violée dans un hôtel de Manhattan en 2011.

Melissa Thompson a affirmé que lorsqu’elle avait rencontré le producteur pour lui parler d’une technologie internet, celui-ci l’avait coincée et s’était imposé par sa force physique alors qu’elle essayait de le repousser. Elle allègue qu’il l’a alors immobilisée et violée.

Mme Thompson dit qu’elle n’a pas signalé l’incident aux autorités à l’époque parce qu’elle craignait pour sa sécurité et sa carrière, selon la poursuite.

«Elle savait que Weinstein pouvait et voulait la détruire si elle se plaignait de son inconduite sexuelle», peut-on lire dans la plainte.

Outre Melissa Thompson, deux autres femmes ont fait des allégations semblables, dans le cadre d’une procédure judiciaire visant à faire autoriser une action collective afin de représenter des centaines d’autres femmes qui disent avoir été agressées sexuellement par Harvey Weinstein.

La poursuite réclame des dommages-intérêts dont la somme n’est pas précisée ainsi qu’une compensation pour la perte de possibilités de travail des plaignantes et les «dommages dévastateurs» à leur carrière.

Un avocat de Harvey Weinstein n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. L’ancien tout-puissant de Hollywood nie avoir agressé sexuellement qui que ce soit.

Harvey Weinstein a été arrêté la semaine dernière à New York pour répondre à des accusations de viol et d’agression sexuelle. Il a été libéré en échange d’une caution de 1 million $US et est tenu de porter un bracelet de surveillance électronique.

Caitlin Dulany, une autre plaignante, dit avoir été agressée sexuellement, battue, menacée et retenue contre son gré dans la suite d’hôtel du producteur pendant le Festival de Cannes en 1996, selon la poursuite.

Larissa Gomes, la troisième plaignante, était allée rencontrer Harvey Weinstein pour discuter des possibilités de travail dans un film, mais a fini par être séquestrée dans sa chambre d’hôtel, où elle a été menacée, battue et agressée, selon les documents judiciaires.

Par l’entremise du cabinet d’avocats qui la représente, Mme Thompson a indiqué qu’elle était d’accord pour que son nom soit rendu public. Caitlin Dulany et Larissa Gomes se sont déjà exprimées publiquement dans d’autres médias. L’Associated Press n’identifie pas les victimes présumées d’agressions sexuelles à moins qu’elles y consentent.