Monica Lewinsky a applaudi le mouvement #Metoo pour avoir fourni «la sécurité qui vient de la solidarité».

Monica Lewinsky juge que Bill Clinton a abusé de son pouvoir

NEW YORK — Monica Lewinsky juge que l'aventure extraconjugale qu'elle a eue avec l'ancien président Bill Clinton «n'était pas une agression sexuelle», mais selon elle, il s'agissait d'un «abus de pouvoir grossier».

Mme Lewinsky a écrit dans l'édition du mois de mars du magazine Vanity Fair qu'elle était «subjuguée par le courage» des femmes qui se sont élevées contre «les croyances enracinées et les institutions».

L'ancienne stagiaire à la Maison-Blanche affirme avoir été émue aux larmes lorsqu'une leader du mouvement #Moiaussi ( #Metoo) lui a dit : «Je suis vraiment désolée que tu aies été si seule».

Mme Lewinsky indique avoir reçu un diagnostic de stress post-traumatique après avoir été «publiquement exposée et ostracisée» dans les années 1990.

Elle a applaudi le mouvement #Metoo pour avoir fourni «la sécurité qui vient de la solidarité».

La femme de 44 ans souligne que plusieurs autres histoires «méritent d'être entendues avant la sienne», bien que selon elle, sa relation avec Bill Clinton constituait «un abus de pouvoir grossier».

Le président Clinton avait d'abord nié avoir eu une aventure avec Mme Lewinsky, avant de l'admettre en 1998. Des procédures de destitution avaient été entamées, puis le Sénat avait finalement acquitté le président.

Un représentant de M. Clinton n'avait pas répondu à une demande de commentaires au moment d'écrire ces lignes, mardi.

«Maintenant, à 44 ans, je commence (et je ne fais que commencer) à considérer les conséquences du déséquilibre des pouvoirs si vaste entre un président et une stagiaire à la Maison-Blanche», a poursuivi Mme Lewinsky.

«Je commence à envisager l'idée que dans certaines circonstances, l'idée du consentement peut devenir discutable, bien que le déséquilibre des pouvoirs — et la capacité d'en abuser — existe, même lorsque la relation sexuelle a été consensuelle», a-t-elle soutenu.

«C'était mon patron. C'était l'homme le plus puissant sur la planète. Il avait 27 ans de plus que moi, avec assez d'expérience de vie pour en savoir plus. Il était, à ce moment-là, au sommet de sa carrière, alors que j'étais dans mon premier emploi après l'université.»

Mme Lewinsky a ajouté que ses propos n'excusent en rien «[sa] responsabilité dans toute cette affaire».

«J'éprouve des regrets chaque jour.»